Circuit : San Telmo et Puerto Madero en une journée

Buenos Aires a la réputation d’une ville hautement contrastée. Cette image prend réellement tout son sens à l’occasion d’une balade entre l’ultramoderne quartier de Puerto Madero et les ruelles coloniales de San Telmo. Pour preuve, suivez le guide !

Incontournable et pittoresque à souhait, à l’instar du Caminito, la Plaza Dorrego est le centre névralgique du quartier, avec ses bars (on vous conseille le Dorrego Café et son ambiance belle époque), ses danseurs de tango en plein air et sa féria traditionnelle, tous les dimanches. Celle-ci s’étend d’ailleurs tout le long de la rue Defensa (de loin la plus belle du quartier, avec ses pavés et ses antiquaires), du Parc Lezama jusqu’à la Plaza de Mayo.

- Anuncio -

Si vous remontez ensuite vers le centre-ville, pénétrez dans les halles (collées à cette même rue Defensa), où se mêlent stands de fruits et légumes et d’objets anciens. Offrez-vous ensuite une halte bien méritée au Federal (à l’angle de Perú et Carlos Calvo) ou à La Poesia (Bolivar et Chile), deux enseignes traditionnelles au cadre enchanté (tous deux sur la rue Peru). Puis, ne manquez pas les passages Giuffra et San Lorenzo (qui partent de Defensa), ce dernier abritant la Casa Minima : la plus petite maison du monde, d’après les Argentins… Juste en face se trouve le Zanjón de Granados, une ancienne galerie souterraine redécouverte en 1985.

Il sera alors temps d’aller vous rassasier au meilleur restaurant de viande du coin et sans doute de la ville : la Gran Parrilla del Plata ou à Pedro Telmo, adresse mythique de cuisine argentine. Redescendez ensuite le long de la rue Chile, où vous attend sur un banc une statue de la petite Mafalda, l’immortelle héroïne de bande dessinée créé par Quino, qui a vécu dans le quartier.

En poursuivant dans cette direction, vous atterrirez à Puerto Madero, idéal pour une balade digestive. Réhabilité dans les années 90, ces anciens docks constituent désormais le district le plus moderne de Buenos Aires. Outre l’immanquable balade le long des quais, où plusieurs immenses grues jaunes trônent encore, vous pouvez vous rendre au bord du Rio de la Plata, sur la Costanera Sur, où se trouve la réserve écologique.

S’il vous reste encore de l’énergie, allez jeter un œil à l’exposition temporaire du Faena Art Center (vérifier l’agenda) ou à la Collection Fortabat. Plus ludique, le MuHu, consacré à l’humour graphique argentin ou la Frégate Sarmiento, un ancien navire école, qui a parcouru les océans du monde entier. Le coucher de soleil vaut le détour, les gratte-ciels constituant alors un magnifique décor aux reflets dorés.

Pour dîner, vous avez notamment le choix entre deux Mexicains : la Lupita et DF. Sinon, retournez vers San Telmo, afin de tester le restaurant que vous n’aurez pas fait le midi (Pedro Telmo ou la Gran Parrilla del Plata) ou pour franchir les portes battantes du Gibraltar, un pub qui propose de délicieux plats thaïs et anglais, accompagnés d’une bonne bière artisanale. La Puerta Roja et Será de Dios sont deux autres bonnes options pour aller boire un coup, avant d’aller voir du tango au Buenos Aires Club (Perú y México).

Idée de parcours (et temps à y consacrer) :

Matin (San Telmo) : petit déjeuner sur la Plaza Dorrego (30mn), puis balade le long de la rue Defensa, en passant par les halles (30mn), café au Federal ou à La Poesia (30mn) les passages Giuffra et San Lorenzo (15mn chacun) et le Zanjón de Granados (1h). Déjeuner à la Gran Parrilla del Plata ou à Pedro Telmo (1h30).

Après-midi (Puerto Madero) : balade le long des quais et au cœur de la réserve écologique (2h), visite du Faena Art Center, de la Collection Fortabat, du Musée de l’Humour ou de la Frégate Sarmiento (1h).

Soir (Puerto Madero ou San Telmo) : dîner à La Lupita ou DF (1h30), bière dans l’un des bars de San Telmo (1/2h), avant de terminer la soirée sur un air de tango au Buenos Aires Club (2/3h).

Après un fabuleux septennat comme correspondant de L'Equipe et France Football, lors duquel j'ai écumé les meilleurs spots de la "Ciudad de la furia" chère à Soda Stereo, je vis désormais Barcelone. Où évolue un petit gars en short qui n'a pas volé son titre de meilleur ambassadeur de l'Argentine.