TOP : Le jour, la nuit et le VERMOUTH

vermouth buenos aires
Photo : Facebook de La Vermutería

On le sait, bien des choses que nous connaissons viennent de la Grèce antique. C’est pourquoi, ce n’est pas surprenant que l’origine du vermouth remonte aussi à cette époque-là. Sans compter que les Grecs sont les hérauts de l’hédonisme et que le créateur de cette boisson n’est rien moins qu’Hippocrate – père de la médecine moderne. Bref, pas étonnant que le vermouth et l’art de vivre aillent de pair.

Mais quel est le rapport entre ce vermouth des origines (qui s’appelait en réalité « vin hippocratique ») et les porteños ? Et pourquoi, ces dernières années, le vermouth a-t-il conquis les tables de Buenos Aires ?

- Anuncio -

Tout d’abord, la définition. Le vermouth est considéré comme un apéritif, un pont entre la faim et la soif. Le mot vient de l’allemand et signifie absinthe. Il s’agit, en quelques mots, d’un vin blanc aromatisé dont les couleurs (du rouge au jaune, en passant par le blanc) et les saveurs (sucré, amer et même piquant) peuvent varier. Certains de ses variantes les plus connus sont d’ailleurs devenues des boissons incontournables : Gancia, Cinzano, Martini, Ballor, Noilly Prat, Yzaguirre.

Mis en soif rien qu’à imaginer cet élixir si noble et prometteur, on se demande où le trouver près de chez nous et vite. Pour le déjeuner et en fin d’après-midi, rien de mieux à Buenos Aires qu’un vermouth et des chips… Et tout ce qu’on voudra ajouter à cette combinaison (saucisson, fromage, olives, soda, bonne compagnie).

Nos deux chouchous

Pas évident de se limiter à seulement deux endroits, mais on a nos raisons. Los Galgos et La Fuerza pourraient ne faire qu’un seul bar (de fait ils servent le même vermouth à la pression, conçu par les gars de La Fuerza). Dans les deux cas, faire la promotion de l’apéritif lors du déjeuner et pour les after est une priorité tout en l’accompagnant d’ingrédients de saison qui représentent des plats aussi gourmets qu’argentins. Autrement dit, dans ces deux maisons, on prend soin de ce que l’on sert et on recrée une expérience familiale, chaleureuse et qui ne manque pas de substance culturelle.

Si le rêve d’Hippocrate venait à se réaliser et que toutes les heures soient l’heure du vermouth, on pourrait commencer par passer par Los Galgos à l’heure du déjeuner afin d’explorer son menu composé de sandwichs de saison, de classiques comme des biftecks avec de la purée ou de la tortilla, avant de nous rendre, après 18h, à La Fuerza pour débriefer sa journée un vermouth en main (ou un pichet) avec un épatant sandwich de milanesa ou un triptyque composé au choix d’olives, fromage Mar del Plata, salami de Tandil, haricots de Lima et autres.

Autres endroits conseillés

On veut toujours plus de vermouth pour arroser ses réunions entre amis ?

Pas de panique, le vermouth est présent dans ses différentes versions – c’est même parfois la véritable star de la carte – dans tout quartier gastronomique qui se respecte :

Simple et multifacettes, à la fois classique et tout à fait prêt à se mélanger aux boissons modernes, qui peut nier la capacité d’un bon vermouth à enrichir une picada au milieu de l’après-midi ? Il est aussi idéal pour faire patienter les invités pendant que la viande cuit lors d’un asado ou pour vous rafraîchir lors d’une chaude et humide soirée d’été. C’est une boisson qui traverse le temps tout en s’adaptant aux différents contextes. De plus, il s’agit, pour presque tous ceux qui travaillent derrière le comptoir d’un bar, d’un ingrédient de base pour un nombre infini de cocktails comme le Negroni, l’Americano ou le Dry Martini…

L’heure du vermouth a sonné à nouveau. Sans doute parce qu’avec lui, le jour et la nuit se confondent en une seule et même chose, rafraîchissante, variée, pleine d’anecdotes, urbaine et où il y a toujours quelque chose à grignoter. Vive Buenos Aires et vive le vermouth !

Comunicadora, especialista en redes sociales e inquieta seguidora de la cultura local a través de los platos, los tragos, los bares clásicos y los refugios secretos.