La Pulpería de Cacho di Catarina, plus d’un siècle de tradition

pulpería de cacho di catarina mercedes
Photo : FB de La Pulpería de Cacho

À 96 kilomètres de la ville de Buenos Aires, sur les rives du fleuve Luján, le drapeau de l’Argentine flotte au-dessus d’une maison rustique datant de 1830 : c’est la Pulpería de Cacho di Catarina, « la dernière pulpería de Mercedes ».

L’endroit est connu pour sa recette d’empanadas traditionnelles, une des meilleures du pays. On peut également y déguster du fromage, du pain de campagne, des picadas ou prendre un verre, comme du fernet avec du vermouth ou du gin.

Qu’est-ce qu’une pulpería ?

Entre le XVIe et le XXe siècle, les pulperías étaient des établissements typiques situés en pleine campagne ou près de la ville, qui fournissaient à la communauté des boissons, de la nourriture, du charbon, des bougies ou des tissus. Gauchos, soldats, marchands, payadores et habitants s’y rendaient pour boire un verre, faire de la musique, jouer aux dés et parler de l’actualité politique.

La dernière pulpería de Mercedes

À l’intérieur, l’endroit sent la taverne de village latino-américain, la campagne et l’empanada argentine. On y jour de la guitare, du bombo legüero et un homme chante la chacarera : No dejaré de amarte, aunque yo me muera… (Je ne cesserai jamais de t’aimer, même après ma mort…).

Sur le bar, un portrait de Cacho di Catarina à cheval, un poids ancien et une lampe à pétrole. Le plafond arbore une collection de maillots de football, sur les étagères se trouvent des photos en noir et blanc, des bouteilles vielles d’un siècle, des horloges, des affiches avec de vieilles publicités et autres reliques.

La pulpería a connu plusieurs propriétaires et a été acquise en 1910 par le grand-père de Cacho. La famille Di Catarina la conserve depuis quatre générations, tel un « livre ouvert » de l’histoire de la pampa argentine.

Après le décès du légendaire Cacho, auteur de la recette d’empanadas et connu comme « le dernier pulpero », en 2009, la famille a voulu perpétuer la tradition. Aujourd’hui, Aída di Catarina et sa fille, Fernanda Pozzi, pulpera de quatrième génération, sont aux commandes.

L’endroit a servi de décor à un classique du cinéma argentin, Don Segundo Sombra (1969), dans lequel apparaît Cacho.

On dit que Segundo Sombra et Juan Moreira, personnages de la culture populaire et de la littérature gauchesque, y passèrent autrefois à cheval pour boire un verre, et que la commande de Moreira est toujours conservée.

À quelques mètres de la Pulpería se trouve une église dédiée au Gauchito Gil, une sorte de saint traditionnel argentin. Vous pourrez ensuite visiter le Parque Municipal Independencia de Mercedes, situé à un pâté de maisons de la Pulpería.

Pulpería Cacho Di Catarina
Calle 29 et Río 6600 – Mercedes, Province de Buenos Aires (ouvrir dans Google Maps)
Tél. : 11 31701212
Du jeudi au vendredi de 18h à 1h, samedi de 12h à 1hdimanche de 12h à 23h.

Prix: $ $


Ça peut aussi vous intéresser :

 

Escribo y bailo. Soy periodista-editora. Apasionada por los viajes, las culturas latinoamericanas y la literatura. Ig: @RutasdeMapu