« La Wagner », humaines trop humaines

La scène de la danse contemporaine de Buenos Aires est sans doute beaucoup moins prolifique et moins reconnue que celle du théâtre indépendant, toutefois on y trouve quelques perles rares. Le chorégraphe Pablo Rotemberg est l’une d’entre elles, et sa dernière création « La Wagner » en est une nouvelle fois la preuve.

Spectacle indispensable, unique en son genre et sans doute beaucoup plus révolutionnaire qu’il n’y paraît, « La Wagner » désactive violemment les stéréotypes et les préjugés sur la féminité et l’érotisme.

- Anuncio -

Elles sont quatre, quatre danseuses, quatre femmes, quatre walkyries. Femmes représentant l’Humanité, complexes, changeantes, elles sont devant nous tour à tour coupables et victimes, guerrières et saintes, actives et passives ; donnant à voir toutes les facettes de l’humain, à commencer par son animalité toujours à fleur de peau.

Par la danse, Pablo Rotemberg et ces quatre performeuses incroyables nous amènent à poser un regard différent sur l’Homme : cette fois, c’est le corps féminin qui parle pour tous. Une nudité portée comme un étendard, des corps non sexualisés, non érotisés ; et la musique de Wagner – personnage omniprésent- nous racontent la violence et la complexité des rapports humains, rapports de forces, rapports sexuels, de l’individu et du groupe. Avec peu de mots, peu d’effets, mais des images d’une grande force, « La Wagner » s’avère être un spectacle coup de poing, nécessaire, et qui devrait faire date.

Pour vous remettre de vos émotions ensuite, on vous conseille d’aller boire un verre au Troquet de Henry ou à la Casona de Humahuaca, juste à côté…

« La Wagner » à l’Espacio Callejon

Humahuaca 3759 – Almagro

Samedi à 21hs

Entrée générale : AR$140 / Tarif réduit : AR$100

Réservations sur AlternativaTeatral.com