L’argent en Argentine…

L’Argentine reste un pays aux finances capricieuses. À cause de la forte inflation, le pays fait encore face à une situation très particulière, inimaginable pour la plupart des étrangers qui y mettent les pieds.

Par souci de lisibilité dans cet article, nous utiliserons l’abréviation du peso argentin AR$ et la devise de référence sera l’euro, mais toutes les situations sont transposables en dollars. À noter : les prix en Argentine sont très souvent mentionnés avec le signe simplifié “$” (à ne pas confondre avec l’US$).

- Anuncio -

L’ère Kirchner (2003-2015) a vu se développer un système à double change, avec un taux parallèle appelé « blue dolar », qui pouvait atteindre plus de 70% de différence avec le taux officiel. Dès le début de son mandat en janvier 2016, l’actuel président Mauricio Macri a changé les règles du jeu en libéralisant le marché des changes.

Le cours du pesos est aujourd’hui variable. Pour le consulter au jour le jour, c’est sur xe.com. Si le fameux blue dolar était très avantageux pour les détenteurs de devises internationales face à un taux officiel fixe, ce système est désormais obsolète. Néanmoins, il reste très intéressant de ramener un maximum de liquide avec vous dans l’avion – la limite légale étant de 10 000 USD (ou son équivalent dans les autres devises).

Obtenir des pesos

Vous voilà en Argentine, les valises pleines d’euros ! D’abord, ne changez jamais tout votre argent d’un coup. Juste le nécessaire. Passons donc en revue les différentes manières d’obtenir de l’argent, du blé, de la maille, du flouze, du bif quoi !

  1. Changer ses euros

– Les bureaux de change : les officiels, appelés casas de cambio, sont légalement les seules institutions à pouvoir changer des devises étrangères. Pour toute transaction, passeport original exigé ! Cependant les bureaux de change officieux de la rue Florida (Centro) sont toujours ouverts même si le taux appliqué est maintenant très proche du taux officiel.

– Les banques officielles : uniquement possible au Banco Nación, les autres banques ne sont habilitées qu’à changer des devises à leurs propres clients.

– L’aéroport : le Banco Nación qui se trouve à l’intérieur du Terminal offre un taux correct et il a l’avantage d’être ouvert au-delà des horaires habituels des banques… ça peut toujours dépanner !

À l’inverse, le changement de pesos argentins en toute autre devise est très peu courant, mais surtout bien peu rentable.

  1. Retrait d’argent

– Les distributeurs : plutôt déconseillé ! Entre les frais bancaires argentins + ceux de votre banque française + le fait que les retraits soient plafonnés (entre 3000 et 5000 AR$ maximum) et limités dans le temps (seulement 8000 AR$ par semaine)… Vous ne serez vraiment pas gagnant. Conclusion : on range sa CB bien sagement (ça vous évitera, par la même occasion, de vous la faire voler !).

  1. Plateformes d’envoi d’argent

Le principe ? Vous effectuez un virement bancaire en euros (ou autre devise) à la plateforme, et sous quelques jours vous pouvez retirer la somme correspondante en pesos  dans l’un de leurs guichets.

Azimo : c’est l’agence la moins chère avec une commission de 3€ fixe, quelque soit le montant de votre transfert. Le retrait du cash se fait dans des points relais affiliés et sécurisés un peu partout dans la ville.


Chez Buenos Aires Connect, nous avons récemment passé un accord avec AZIMO pour faire bénéficier nos lecteurs de la gratuité des frais sur les 2 premiers transferts. Cliquez sur ce lien pour en bénéficier :affiliation AZIMO


 

– Western Union : l’agence classique de transfert d’argent avec un maillage d’agence assez dense dans toute la cité porteña. Mais les frais sont proportionnels à la somme retirée.

  1. Petits arrangements entre amis :

Virement bancaire : si un ami français cherche à liquider ses pesos (par exemple: parce qu’il perçoit son salaire en AR$ mais voudrait pouvoir épargner en euros), le mieux est de lui faire un virement sur son compte en France, et qu’il vous reverse ensuite le cash correspondant en pesos. Ce procédé permet entre autres d’établir le taux entre amis. Conseil : faire la moyenne entre les taux officiels (vente/achat).

Payer au quotidien

Toutes ces combines ont donc un seul et unique but : avoir du cash ! En payant en cash, vous bénéficierez de pas mal d’avantages. Par exemple, les magasins, sauf les grandes surfaces, vous feront souvent 10 à 20% de réduction. Et n’hésitez pas à demander s’il y a une réduction, si celle-ci n’est pas visible.

Enfin, pensez à avoir sur vous des petits billets (5 ou 10 pesos) et quelques pièces. La monnaie est rare, les gros billets mal vus et l’appoint toujours apprécié. Attention quand même aux faux billets de 500 ou 1000AR$ en circulation dans la ville.

La nouvelle ère libérale est plus clémente avec les cartes bancaires. Bien qu’il puisse y avoir un supplément de 5 à 15% compris dans le prix, certains services hôteliers bénéficient d’une ristourne si on paye par carte étrangère. Même si les paiements bancaires sont de plus en plus accessibles, les cartes bleues sont encore loin d’être acceptées partout. À savoir, vous pouvez payer certains services, comme les péages, avec votre carte Sube.

Payer son loyer en euros ou en pesos ?

Si vous souhaitez payer un loyer en monnaie étrangère, le propriétaire affichera un grand sourire satisfait et vous ouvrira grand les portes de votre nouvelle demeure ! Il sera aussi normalement plus enclin à négocier le prix (et encore plus si vous pouvez réglez plusieurs mois de loyer à l’avance).

En plus de cela, si vous payez votre caution en euros, vous récupérerez une caution en euros au moment de votre départ – ce qui est tout de même plus avantageux que de se retrouver avec des pesos qui ne vaudront quasiment rien au vu de l’inflation et que vous pourrez difficilement changer une fois en Europe.

Vous voilà prêts pour affronter les complications monétaires argentines sans crainte !