Graffitimundo, tours et détours du street art porteño

Outre le tango, le foot et l’asado, Buenos Aires a une autre spécialité qui fait sa renommée mondiale : le street art. Au même titre que Paris, Berlin ou New York, Buenos Aires s’affirme comme une des capitales internationales de l’art de rue. Émerveillés par la vitalité et l’originalité de la scène locale, deux Anglais ont créé Graffitimundo en 2009, le premier tour organisé des murs peints de la ville.

Fresques, pochoirs, graffitis, tags, slogans politiques, contestataires ou publicitaires : partez à la découverte de la richesse des murs de la ville, où une liberté d’expression longtemps muselée a fini par exploser au tournant des années 90. Le mouvement ne s’est depuis jamais arrêté, et a même pris un nouvel essor avec la crise de 2001. De fait, il n’est pas d’autre endroit que Buenos Aires où le street art soit aussi bien accepté.

- Anuncio -

Voilà donc un moyen de découvrir la ville sous un angle inédit, loin des sentiers battus. Il existe deux circuits : l’un qui commence par Colegiales, se poursuit à Palermo Hollywood – on vous emmènera notamment devant la façade du restaurant gastronomique Tegui – avant de bifurquer vers Villa Crespo. L’autre part de San Telmo pour aller ensuite à Congreso.

Dans les deux cas, la visite se termine à la galerie Hollywood in Cambodia, au cœur de Palermo Soho. Et comme le hasard fait bien les choses, vous n’aurez plus qu’à vous poser pour prendre une bière, la galerie partageant ses locaux avec le Post bar.

Comptez trois heures environ pour chaque tour. Il est possible de suivre le parcours en espagnol ou en anglais, renseignez-vous au moment de la réservation. Le lieu et l’heure de départ vous seront indiqués par mail. Les tours sont gratuits pour les Argentins.

RÉSERVEZ ICI!

Après un fabuleux septennat comme correspondant de L'Equipe et France Football, lors duquel j'ai écumé les meilleurs spots de la "Ciudad de la furia" chère à Soda Stereo, je vis désormais Barcelone. Où évolue un petit gars en short qui n'a pas volé son titre de meilleur ambassadeur de l'Argentine.