TOP : Où manger sur l’avenue Corrientes après le théâtre ?

Après une pièce de théâtre sur l’avenue Corrientes, tard le soir, votre ventre commence à crier famine ? L’offre gastronomique ne manque pas sur la « Broadway » porteña au point qu’il devient parfois compliqué de se décider.

Bien évidemment, à Buenos Aires quand on pense Corrientes, on pense pizzerias. Outre les théâtres et les librairies, cela fait partie du charme de l’avenue, voire même de son attrait touristique. La grand classique, l’incontournable c’est sans nul doute Guerrín qui vous offre modestement « la migliore pizza del mondo » en langue originale. Dans le même genre, de l’autre côté du trottoir, on trouve La Americana, qui elle se vante d’être la reina de las empanadas. De l’autre côté de l’Obélisque, en direction de la place de Mayo, ce sont Las Cuartetas, ou La Rey qui ont le devant de la scène, et présentent parfois l’avantage d’être moins remplies. Toutes ces pizzérias ont la même esthétique, la même lumière crue des néons, la même ambiance un peu trop bruyante parfois. Si vous désirez un peu plus de tranquillité, repliez-vous donc chez Los Inmortales aux dimensions plus intimes.

Parfois, sortir de l’avenue et prendre la peine de marcher une cuadra peut s’avérer judicieux pour de nouvelles découvertes culinaires, hors du circuit des pizzas. Alors n’hésitez pas, aventurez-vous dans les rues adjacentes pour trouver deux autres “institutions” de la nuit porteña, deux bodegones : Pippo et Chiquilín. Le premier se trouve dans la rue Paraná et propose les grands classiques de la cuisine argentine : pâtes maison, milanesas, etc. Le second est une parrilla sur la rue Sarmiento où vous apprécierez entre autres tous les nuances en matière de viande grillée. Enfin, si vous avez envie de plus d’originalité, d’une cuisine plutôt hors des sentiers battus, les abords de Corrientes ont aussi ce qu’il faut pour vous ! D’un côté, Chez Sattva, restaurant végétarien, de l’autre Zum Edelweiss, brasserie allemande qui propose des plats type choucroute ou goulash. Qui a dit que Corrientes était une avenue sans surprise ?

Photo: Luis Argerich

TOP : Les théâtres incontournables de Buenos Aires