SE LOGER À BUENOS AIRES

À la recherche d’une colocation ou d’un appartement à Buenos Aires ? Notre équipe vous aide à trouver rapidement un lieu qui correspond à vos critères (style, quartier, budget, …)

5 réalisatrices argentines à ne pas manquer

Des réalisatrices argentines qui racontent des grandes histoires du cinéma national.


La culture nationale regorge d’exemples de femmes extraordinaires qui se distinguent dans différentes disciplines artistiques et, dans le cas du cinéma, de grandes réalisatrices dont le talent dépasse toutes sortes de frontières. Nous vous proposons ici 5 génies du septième art au style et à l’empreinte exceptionnels.

LUCRECIA MARTEL

Réalisatrice, scénariste et productrice, Lucrecia Martel est l’une des figures de proue du célèbre mouvement du « nouveau cinéma argentin », brisant toutes sortes de moules avec son premier film, La Ciénaga. Depuis, elle n’a cessé de remporter des prix et des récompenses dans le monde entier.

Ses films ont une dimension intimiste qui plonge le spectateur dans les univers cachés des personnages complexes qu’ils mettent en scène, sous un prisme réaliste qui évite toute forme de romantisme plastique. Chacune de ses œuvres est unique et témoigne d’un talent inégalé.

S’il faut parler d’œuvres incontournables, insistons sur « La Ciénaga », incroyable portrait de la décadence sociale de sa ville natale de Salta, ou sur « Zama », basé sur le roman du même nom d’Antonio Di Benedetto.

MARÍA LUISA BEMBERG 

Après avoir été scénariste pendant près d’une décennie, María Luisa Bemberg est devenue réalisatrice avec sa propre société de production au début des années 1980 et a réussi à se frayer un chemin pendant une période difficile pour donner à son œuvre un retentissement international remarquable.

Ses films abordent des thèmes liés à l’émancipation et aux revendications des femmes, avec des protagonistes féminins aux convictions fortes et à la volonté inébranlable.

Son film Camila, qui recrée la romance historique entre Camila O’Gorman et le prêtre Ladislao Gutiérrez sous le gouvernement de Rosas, a été l’un des 8 films nationaux nominés pour l’Oscar du « Meilleur film étranger ». On peut également mentionner « Yo, la peor de todas », qui raconte l’histoire de Sor Juana Inés de la Cruz.

LUCÍA PUENZO 

Fille du célèbre réalisateur Luis Puenzo, Lucía est une romancière, réalisatrice et scénariste qui fait sensation avec chacune de ses œuvres. Elle a remporté de nombreux prix de renommée mondiale dans différents formats, éblouissant les siens et les autres dans chacune de ses facettes créatives.

Qu’il s’agisse d’adaptations de ses romans ou de scénarios destinés à devenir des longs métrages à succès, les films de Lucía Puenzo traitent des questions controversées que seule une plume de haut vol et une caméra virtuose peuvent aborder.

Ainsi, dans XXY, elle explore l’intersexualité et la recherche d’identité pendant la puberté, et dans La Caída, elle nous parle d’un drame d’abus dans l’arène sportive.

CLARISA NAVAS 

La plus jeune de toutes les artistes évoquées ici, Clarisa Navas, est une réalisatrice et scénariste prometteuse qui n’a laissé personne indifférent avec ses films ces dernières années, et qui met en lumière des questions très actuelles du point de vue d’une périphérie souvent oubliée.

Dans un cinéma actuel miné par des superproductions qui suggèrent de fausses dichotomies ou imposent de nouveaux stéréotypes forcés, de véritables réalisatrices comme Clarisa prennent positions et revitalisent le dispositif audiovisuel en tant qu’expression artistique.

Son long métrage Hoy partido a las 3 nous introduit dans l’intimité d’un groupe d’amis jouant au football dans un tournoi amateur, et Las mil y una raconte l’histoire d’un amour trop grand pour un lieu à l’esprit trop étroit. Il ne fait aucun doute que ces deux films sont hautement recommandés.

NARCISA HIRSCH 

Pionnière du cinéma expérimental, Narcisa Hirsch est une artiste complète qui, en plus de filmer dans différents formats et médias, a écrit des livres et réalisé des œuvres d’intervention urbaine, des graffitis et des performances, entre autres.

Son cinéma est purement artistique et échappe aux formules narratives linéaires du circuit commercial, avec son propre langage audiovisuel, cherchant à capturer sa vision particulière de thèmes universels.

Comme il s’agit d’un type de cinéma très particulier, il est difficile de faire des recommandations précises, car cela dépend du goût du spectateur, mais, dans son œuvre cinématographique étendue, des titres comme El mito del Narciso, Aleph, Marabunta et Ana ¿Dónde estás? pour n’en citer que quelques-uns, peuvent être soulignés.

Bien que certaines soient plus reconnaissables que d’autres, il ne fait aucun doute que notre cinéma national a eu de grandes représentantes derrière la caméra tout au long de son histoire, et il est réconfortant de savoir que de nouvelles voix féminines s’ajoutent à cette longue liste pour apporter une perspective et une variété à un domaine qui en a grandement besoin.


Si vous souhaitez découvrir les principales réalisatrices argentines, ça peut aussi vous intéresser :

Matias Veris
Redactor creativo y guionista. Primero cine, luego existo. Filósofo de sillón, fundamentalista de la pizza y las milanesas con papas. A veces intento hablar el idioma universal de la música.

Articles recommandés

12,750AbonnésJ'aime
11,510SuiveursSuivre
1,498SuiveursSuivre

NOS BONS PLANS DU WEEK-END

Concerts, expos, excursions... Reçois chaque semaine les meilleurs plans de Buenos Aires !