SE LOGER À BUENOS AIRES

À la recherche d’une colocation ou d’un appartement à Buenos Aires ? Notre équipe vous aide à trouver rapidement un lieu qui correspond à vos critères (style, quartier, budget, …)

8 écrivaines argentines incontournables

Une présentation de quelques-unes des écrivaines argentines les plus emblématiques. Classiques, cultes et contemporaines.


Les écrivaines argentines sont de grandes références littéraires, non seulement ici-même, mais aussi dans le monde entier. La littérature n’était et n’est pas un domaine réservé aux hommes : contrairement à d’autres champs, comme celui de la politique, l’écriture a toujours été un lieu où les femmes ont brillé et laissé une empreinte significative.

Dans cet article, nous présentons quelques-unes des plumes qui marquent la scène littéraire nationale.

Victoria Ocampo

Victoria Ocampo est l’une des écrivaines les plus emblématiques d’Argentine. Mais son rôle ne se limite pas à la littérature. Quand on parle de l’aînée des Ocampo, on parle aussi d’une pionnière politique des luttes féministes et d’une influenceuse culturelle qui a traversé les frontières nationales.

Le fait d’être née dans la haute société de Buenos Aires lui a permis de voyager en Europe, où elle a côtoyé de grands intellectuels. Il en résulte sa correspondance avec l’écrivaine anglaise Virginia Woolf, dont les lettres sont compilées dans le livre « Correspondencia (1939-1978) ».

Aujourd’hui, l’héritage d’Ocampo ne réside pas seulement dans ses livres (« La viajera y sus sombras. Crónica de un aprendizaje » ; « Cartas de Posguerra », une compilation de la correspondance avec ses sœurs dans laquelle elle parle des procès de Nuremberg auxquels elle a été invitée à assister ; « Autobiografía »).

Les propriétés de Victoria, devenues des musées, sont également préservées, comme la Villa Ocampo à San Isidro, actuellement gérée par l’UNESCO, ou la Villa Victoria à Mar del Plata, lieu de repos de l’écrivaine argentine, où un centre culturel est aujourd’hui dirigé par la municipalité.

Silvina Ocampo

La sœur cadette de Victoria Ocampo (ci-dessus) n’est pas en reste. Benjamine d’une famille de cinq enfants, elle est considérée comme l’une des meilleures écrivaines argentines, maîtresse de la nouvelle et poétesse. Son œuvre est très vaste, et comprend également des romans, des pièces de théâtre et des histoires pour enfants.

De son œuvre, on peut citer le roman coécrit avec son mari Adolfo Bioy Casares « Ceux qui aiment haïssent » (qui a fait l’objet d’un film avec Guillermo Francella et Luisana Lopilato, disponible sur Netflix) ; « La Furia », « Cuentos Completos », « Viaje Olvidado », « Los días de la noche », « Cornelia frente al espejo ».

La vie et l’œuvre de Silvina Ocampo ont été capturées dans le livre « La hermana menor », publié en 2018 par l’écrivaine Mariana Enríquez, qui la décrit comme « l’une des figures les plus exquises, talentueuses et étranges de la littérature en espagnol ».

Alfonsina Storni

À 19 ans, en 1911, Alfonsina Storni est déjà une jeune mère célibataire qui tente de faire son chemin dans un monde dominé par les hommes. Grâce à son talent littéraire, elle est rapidement reconnue comme une grande poétesse, au point d’être considérée, aujourd’hui encore, comme l’une des grandes références de la poésie hispano-américaine.

Elle fait partie de la scène culturelle de Buenos Aires de l’époque, jusqu’à ce que sa dépression soit aggravée par une opération pour un cancer du sein. La légende veut qu’elle se soit jetée à la mer et que le courant ait fini par la noyer.

La vérité est que la grande poétesse argentine est morte dans son âge d’or. Une lettre qu’elle a envoyée au journal La Nación contenait son dernier poème : « Voy a dormir, nodriza mía, acuéstame » (Je vais dormir, ma nourrice, berce-moi). Sur la plage de La Perla, à Mar del Plata, où elle est morte, un hommage est rendu à sa mémoire.

Alejandra Pizarnik

Pizarnik est l’une des grandes représentantes du boom latino-américain, avec Julio Cortázar et Gabriel García Márquez. Brillante intellectuelle, elle a étudié à la Sorbonne et traduit en espagnol les œuvres d’Artaud, Henri Michaux, Aimé Césaire et Yves Bonnefoy.

Alejandra, dont le prénom était Flora, s’est réinventée lorsqu’elle a décidé de laisser derrière elle cette identité et de se défaire d’une enfance triste. Sa poésie est sombre et mélancolique, et son influence perdure plus de 50 ans après sa mort tragique en 1972, alors qu’elle avait 36 ans et se trouvait dans un hôpital psychiatrique. Ses derniers mots ont été trouvés sur le tableau noir de sa chambre : « je ne veux plus aller / nulle part /  qu’au tréfonds ».

Elle est l’un des écrivainrs argentinrs les plus emblématiques et son œuvre est très vaste. Parmi ses principaux livres figurent « Arbre de Diane » (1962), « Extraction de la pierre de folie », (1968), « La comtesse sanglante » (1971), « L’enfer musical » (1971). Il existe des éditions de ses œuvres complètes et en 2003, ses journaux intimes ont été publiés.

Sara Gallardo

Sara Gallardo est considérée comme une écrivaine argentine culte. Elle est née en 1931 et son œuvre n’est pas restée cachée, mais elle a parcouru un chemin souterrain qui a gagné en visibilité à la lumière de la revendication des éditeurs contemporains.

Son œuvre se compose de cinq romans : « Enero » (1958), « Pantalones azules » (1963), « Los galgos, los galgos » (1968), « Eisejuaz » (1971) et « La rosa en el viento » (1979). En outre, elle a écrit des chroniques, des nouvelles et des contes pour enfants. C’est une écrivaine très élégante et subtile, dont les histoires révèlent une Argentine profonde et mystérieuse.

Mariana Enríquez

Mariana Enríquez est, sans aucun doute, l’une des écrivaines argentines contemporaines les plus remarquables. Influencée par les grands représentants du genre de l’horreur, tels que Lovecraft et Stephen King, Enríquez a développé son propre style sordide et vibrant, qui lui a permis de remporter de nombreux prix et de se positionner comme l’une des autrices les plus lues aujourd’hui.

Son œuvre comprend quatre romans « Bajar es lo peor » (1995), « Cómo desaparecer completamente » (2004), « Este es el mar » (2017), « Notre part de nuit » (2019) ; et plusieurs compilations de nouvelles comme « Les dangers de fumer au lit » (2009) et « Ce que nous avons perdu dans le feu » (2016).

Mariana est fan des visites de cimetières, comme le célèbre cimetière de la Recoleta.

Camila Sosa Villada

Camila Sosa Villada est l’une des écrivaines argentines actuelles ayant les liens les plus forts avec d’autres langages, comme le cinéma et le théâtre. Née dans la province de Córdoba, elle est également actrice et dramaturge. Son roman « Les Vilaines », publié en 2019 et traduit en 10 langues, raconte les expériences d’un groupe de femmes trans/travesties qui travaillent comme prostituées.

En outre, Sosa Villada a publié un recueil de poèmes intitulé « La Novia de Sandro », une nouvelle : « Soy una tonta por quererte » et un deuxième roman, « Tesis sobre una domesticación ».

Leila Guerriero

Écrivaine argentine contemporaine, elle est l’une des principales rédactrices de chroniques journalistiques au monde. Ses textes, basés sur des événements réels, racontent avec précision et détail chaque scène, lieu et personne qui se présente sous ses yeux.

Chroniqueuse vedette du journal espagnol El País, Guerriero est l’autrice de nombreuses histoires publiées dans des magazines tels que Gatopardo et Rolling Stone. Elle a interviewé des artistes tels que Fito Páez et Ricardo Darín et a écrit sur la guerre des Malouines et le travail de l’équipe argentine d’anthropologie médico-légale.

Parmi ses livres, on peut souligner « Los Suicidas del Fin del Mundo », une histoire sur une ville de la Patagonie argentine avec un grand nombre de suicides ; « Zona de Obras » ; « Teoría de la gravedad » ; « Opus Gelber ».

Autres écrivaines argentines

La liste des écrivaines argentines, classiques et contemporaines, ne s’arrête pas là.

  • Parmi les plumes qui caractérisent la littérature nationale, on peut citer Aurora Venturini, professeure de philosophie qui écrivait pour un petit public jusqu’à ce que son roman « Las Primas », publié en 2007, lui vaille de nombreux prix et devienne un best-seller.
  • Selva Almada, écrivaine de la côte argentine dont le premier roman « Après l’orage » a été traduit en plusieurs langues.
  • Belén Lopez Peiró, auteur de « Por qué volvías cada verano », un récit sur les expériences qu’elle a vécues dans son enfance lorsqu’elle a été victime d’abus sexuels de la part d’un parent (ce qui a également impliqué une quête de justice de sa part).
  • Claudia Piñero, qui est également scénariste pour des séries telles que « El Reino ».
  • Enfin, nous mentionnons Johana D’Alessio, autrice de « Alguien a quien contarle todo » et fondatrice de deux maisons d’édition : Ralenti (avec Violeta Noetingher, qui publie des livres pour enfants) et Vinilo, où elle publie des romans courts d’auteurs contemporains.

Si vous avez aimé découvrir les écrivaines argentines, vous pouvez poursuivre avec :

Ana Clara Bórmida
Periodista y escritora. También un poco fotógrafa.

Articles recommandés

12,721AbonnésJ'aime
11,788SuiveursSuivre
1,506SuiveursSuivre

NOS BONS PLANS DU WEEK-END

Concerts, expos, excursions... Reçois chaque semaine les meilleurs plans de Buenos Aires !