Home S'ÉVADER Top Destinations Argentine

Escapade : San Juan et Mendoza, au-delà des vignobles

san juan mendoza turismo argentina
Parque Provincial Aconcagua

Partez en escapade dans les provinces de San Juan et Mendoza, avec la route 40 comme fil conducteur ! Si la visite des vignobles demeure une étape incontournable, ces deux provinces ont bien plus à vous offrir. Pour une escapade sous le signe de la nature, au rythme des randonnées et des paysages d’exception, suivez le guide !

˃˃ Retrouvez aussi notre escapade à Tucuman, Catamarca et La Rioja

1 En bus ou en voiture : comment voyager ?

Comme souvent en Argentine, il est théoriquement possible de réaliser cet itinéraire en bus. Toutes les villes citées disposent d’un terminal : renseignez-vous sur place pour avoir les horaires.

Vous irez bien sûr plus vite en voiture ! Le stop, pratique courante sur la route 40, a été quelque peu délaissé avec le Covid, mais vous pouvez toujours tenter votre chance !

En bus ou en voiture : comptez 10 à 15 jours pour réaliser cet itinéraire, à votre rythme.

2 Mendoza – Uspallata – Parc Provincial Aconcagua (200 km / 3h de route)

Parque Provincial Aconcagua

Conseil BAC : pour profiter de la meilleure vue sur les Andes, choisissez un hébergement le long de la Route 149. Ne partez pas trop tard pour l’Aconcagua, le ciel a tendance à se couvrir l’après-midi.

Lieux d’intérêt : Los Penitentes, Puente de los Incas, Parque Provincial del Aconcagua, Las Cuevas.

Mendoza : vignobles et route 7

La capitale de la province de Mendoza vaut bien qu’on s’y arrête quelques jours pour profiter des vignobles. Pour organiser votre visite, n’hésitez pas à consulter notre article dédié.

Depuis Mendoza, prenez la Route 7 en direction d’Uspallata, passez devant les thermes de Cacheuta et le joli lac de Potrerillos. Autour du lac s’organisent la plupart des agences de rafting. Une centaine de kilomètres plus loin : vous voici à Uspallata.

Uspallata : direction le Chili !

Point de base privilégié pour explorer la zone, Uspallata est stratégiquement placée sur la Route 7, qui relie Mendoza au Chili. A part ça, c’est une petite ville agréable, mais sans réel intérêt : le spectacle est tout autour ! Ne manquez pas le thé et les bonnes pâtisseries de la Casita Suiza, au début de Las Heras. Pour dîner, tout se vaut et on ne manquera jamais de vous proposer la spécialité locale : le cabri ! En cas de grosse chaleur, vous pouvez également vous rafraîchir les pieds dans la rivière Uspallata qui longe le village.

Les rails abandonnés du Transandino
Le long de la route 7 : entre volcans et sommets enneigés

Cette route qui serpente entre volcans et sommets enneigés est tout simplement magnifique et on parie que vous aurez plus d’une fois envie de vous arrêter pour profiter du paysage… Les rails du train Transandino, qui reliait Valparaiso à Mendoza jusqu’en 1978, avec des passages à plus de 3 700 mètres d’altitude, sont encore visibles, tout comme certains des ponts qu’il empruntait.

Voici les points de passage les plus connus.

Le Punta de Vacas, où les vaches étaient réunies pour passer la frontière, est devenu le berceau du mouvement humaniste et un lieu de présentation de la Marche pour la paix et la non-violence. De là, et par temps dégagé, vous avez surtout une vue imprenable sur le sommet enneigé du volcan Tupungato.

Quelques kilomètres plus loin, bienvenue à Los Penitentes, petite station de ski exploitée en hiver. On poursuit vers le Puente del Inca, formation rocheuse atypique, dont la couleur jaune tranche complète la palette de couleurs ! À deux kilomètres, se trouve un petit cimetière, avec les tombes de tous les alpinistes morts dans les Andes… On passe ensuite devant l’entrée du parc provincial Aconcagua (voir ci-dessous).

Enfin, on arrive à Las Cuevas, à moins de dix kilomètres de la frontière chilienne et à plus de 3 500 mètres d’altitude ! À la sortie du village, une arche un peu disproportionnée, inaugurée par Perón en personne… Elle signale une piste de 9 km qui monte (fort !) vers une statue du Christ Rédempteur, à plus de 4 200 mètres d’altitude. D’en haut, un panorama inoubliable sur la vallée, les montagnes et les glaciers.

La piste menant au Christ Rédempteur
Le sommet de l’Aconcagua : pour les randonneurs !

L’ascension de l’Aconcagua offre plusieurs options, pour les randonneurs du dimanche ou les alpinistes chevronnés ! En cette époque de Covid, il faut tout d’abord réserver son entrée. Dans tous les cas, pensez bien à vous protéger du soleil et à prendre de l’eau, car le soleil tape fort.

Le commun des mortels se contentera sûrement du « circuito de la Laguna », qui n’a cependant pas à rougir en termes de paysages ! Une boucle d’environ 8 km qui vous rapprochera du pied de l’Aconcagua en passant au retour par une jolie lagune.

Option intermédiaire, prendre un permis à la journée pour atteindre le premier refuge : 6 à 8h de marche, avec pas mal de dénivelé.

Enfin, les plus sportifs tenteront l’ascension ! Comptez dix à quinze jours pour arriver au sommet. Pour réserver votre place, les permis doivent être achetés à Mendoza.

Parque Provincial Aconcagua

3 Uspallata – Barreal (120 km / 1h45 de route)

Une vigogne sur la Route 150

Conseil BAC : Louez une cabane avec vue les sommets enneigés des Andes à Barreal, et explorez les environs !

Lieux d’intérêt : Barreal et les rives du Rio de los Platos, Parque Nacional el Leoncito.

Autour de Barreal : randonnées et activités en extérieur

Le Rio de los Platos, au bord duquel se situe Barreal et la plupart des autres petites villes de la région, offre de belles possibilités d’activités en extérieur. Randonnées dans les Andes pour tous les niveaux, rafting, cheval… Il y en a pour tous les goûts ! N’hésitez pas à aller faire un petit tour du côté de l’Office du tourisme pour récupérer les cartes et les informations sur la météo.

Le parc national El Leoncito et son observatoire astronomique !

À 35 km de Barreal, ne manquez pas de passer une journée (ou possibilité de camper sur place) dans le parc national El Leoncito. N’espérez pas y croiser de lions ou autres félins qui se seraient égarés loin de la savane, le parc doit son nom à une espèce de cactus endémique le « Quepo » surnommé « Leoncito ». Si vous cherchez à observer la faune, vous pouvez cependant voir les espèces d’oiseaux présentes dans le parc, et bien sûr les vigognes et suris.

Pour le visiter, plusieurs sentiers existent, allant de la balade pour voir les cascades (cascade El Rincon, sentier Paisajes de Agua) au trek plus exigeant jusqu’au sommet du Parc (Cerro El Leoncito). Vous pouvez aussi le découvrir à vélo ou à cheval.

Autre activité : le char à voile ! Il se pratique sur la lagune presque toujours asséchée Barreal Blanco, à 1 800 mètres d’altitude. Sensations fortes garanties !

Enfin, les amoureux d’astronomie pourront profiter de cieux uniques et observer les étoiles dans l’un des deux observatoires du parc : le Casleo ou le Cesco.

4 Barreal – San José de Jáchal (240 km / 4h de route)

Sur la route vers San José de Jachal

Conseil BAC : dormir au bord du lac Cuesta del Viento
Lieux d’intérêt : les bords du Rio Jachal

De Barreal à San José de Jáchal, deux options s’offrent à vous :

  • prendre la Route 149 puis la Route 40 ;
  • ou bien la Route 412 puis la150.

Dans les deux cas, mieux vaut ne pas être pressés : comptez entre 4 et 5h pour faire 250km.

San Juan : la capitale de la province

San Juan, la capitale de la Province du même nom, offre un intérêt touristique limité et n’est de surcroît pas sur la route entre San José de Jachal et Barreal, mais quelques kilomètres après la bifurcation vers la Route 149. Détruite à près de 80% par un terrible tremblement de terre en 1944, la ville a perdu la majorité de ses jolies maisons coloniales et a été reconstruite solidement, mais sans charme. Si vous devez absolument y passer pour couper votre trajet ou prendre un bus, nous vous conseillons une petite pause dans le joli café/restaurant de l’Alliance française (La Madeleine, Mitre 202) et un passage par la maison natale de Sarmiento, septième président argentin qui fit énormément pour développer l’instruction publique en Amérique latine.

Autour de San José de Jáchal : sports nautiques et randonnées

Nous vous conseillons de vous arrêter le long du Rio Jáchal, autour de la ville du même nom, qui offre de belles possibilités en termes d’activité d’extérieur. Rafting sur le fleuve, kite et windsurf sur le lac Cuesta del Viento, escalade, sentiers de randonnée avec points de vue sur les montagnes et la vallée : n’hésitez pas à vous renseigner auprès des offices de tourisme locaux, à San José de Jáchal ou Rodeo.

Pour vous loger, de nombreuses options sont possibles, du camping à la Posada avec piscine, en passant par les cabanes. N’hésitez pas à explorer la carte directement sur Google Maps plutôt que sur Booking ou AirBnB car de nombreux établissements n’y sont pas référencés.

5 San José de Jáchal – Villa Unión – Chilecito (150 km / 2h de route)

Cuesta de Miranda

Conseil BAC : les routes sont désertes et même si la solidarité argentine n’est plus à démontrer, n’hésitez pas à prendre de l’essence dès que vous en avez l’occasion ! Attention également aux brusques changements d’altitude et de température, surtout en hiver : Chilecito et Villa Union sont à la même altitude (1 100 mètres) mais la route qui les relie monte jusqu’à 2 400 mètres, la Laguna Brava culmine à plus de 4 500 mètres.

Lieux d’intérêt : les parcs de Talampaya et Ischigualasto, la Laguna Brava, la portion de Route 40 entre Chilecito et San José de Jachal, la portion de Route 150 entre les Routes 40 et 76.

Villa Unión : point de chute pour les parcs Talampaya et Ischigualasto

À 150 km plus au nord de San José de Jáchal sur la Route 40, Villa Unión (première ville de la Province de La Rioja), peut constituer un bon point de chute pour visiter les parcs de Talampaya et Ischigualasto ou la Laguna Brava. La ville est assez petite (7 000 habitants) mais dispose de quelques infrastructures de logements et d’agences pouvant vous proposer ces excursions.

Une autre option, un peu plus longue mais peut-être encore plus belle, est de bifurquer sur la Route 150, qui passe devant l’entrée d’Ischigualasto, puis la Route 76. Sur un peu plus de 30 kilomètres, une route époustouflante. Vous aurez sûrement l’occasion d’y croiser quelques vigognes ou guanacos, dont la présence est signalée par des panneaux jaunes hautement photogéniques.

Talampaya et la Vallée de la lune

Vous pouvez retrouver tous nos conseils pour visiter ces deux parcs dans notre article dédié aux provinces de Tucuman, Catarmarca et La Rioja, qui vous propose un itinéraire à travers ces trois provinces encore plus reculées à partir de Chilecito, à 1h30 de route de Villa Unión. Ne manquez d’ailleurs pas la portion de route 40 reliant Villa Unión à Chilecito, serpentant le long des formations rocheuses ocre et vertes et suivant le lit d’une rivière vaut le détour, surtout vers le passage de la Cuesta de Miranda.


Comment s’y rendre :

En bus depuis le terminal de Retiro : de nombreuses entreprises, dont les compagnies Chevallier, 20 de Junio ou Central Argentino desservent Mendoza. Durée : environ 17h. Si vous démarrez l’itinéraire depuis Chilecito, vous pouvez arriver par La Rioja (environ 15h depuis Buenos Aires).

En avion depuis l’Aeroparque de Buenos Aires : compagnies Aerolineas Argentinas ou JetSmart pour Mendoza, Aerolineas Argentinas seulement pour San Juan ou La Rioja.

En voiture depuis Buenos Aires : via la Ruta Nacional 7 pour Mendoza. Comptez environ 12h de route.

Vous pouvez louer une voiture dans tous les aéroports cités, ou directement en ville. Le plus grand nombre d’options se trouve à Mendoza.

Quitter la version mobile