SE LOGER À BUENOS AIRES

À la recherche d’une colocation ou d’un appartement à Buenos Aires ? Notre équipe vous aide à trouver rapidement un lieu qui correspond à vos critères (style, quartier, budget, …)

Les insultes argentines, un guide pour les étrangers et les curieux

Petit guide des insultes argentines pour les débutants du dialecte argentin.


Nous, les Argentins, on est passionnés et dramatiques, on se donne à fond et on attend tout des autres. Et si on se met en colère, alors la fin du monde est proche. On insulte, on aime, on rit, on pleure et on exagère.

Certaines insultes argentines, plus informelles et sont couramment utilisées entre amis, dans le couple, avec des inconnus qui s’attardent un peu trop au feu rouge, ou alors dans une discussion sur le foot ou la politique, sujets très sensibles en Argentine. D’autres sont plus vulgaires et peuvent être vexantes.

Dans notre guide des insultes argentines, on essaiera de les décrire et de vous expliquer comment les utiliser, en particulier pour ne pas faire de boulette lors d’une conversation.

1. Boludo/a

Tout le monde a déjà entendu le fameux « che, boludo ». Dans ce cas, il ne s’agit pas d’une insulte, mais d’une manière familière et informelle de s’appeler entre amis ou entre personnes de confiance.

Vous pouvez également l’utiliser sous la forme « qué boludo/a » et dans ce cas, c’est une insulte assez douce et amicale pour dire « idiot » ou « débile » ; évidemment, le niveau d’agressivité dépend de l’intonation et de la façon de le dire.

2. Pelotudo/a

« Pelotudo » signifie idiot et est certainement plus agressif et plus fort que boludo. Alors que « boludo » peut être plutôt innocent, le mot « pelotudo » s’applique à des situations plus agaçantes et cherche à insulter un peu plus franchement.

3. La puta madre / hijo de puta

Deux expressions extrêmement vulgaires et peu utilisées de nos jours. Elles peuvent être utilisées de deux façons : l’une très offensante et marquée par l’évolution des mentalités en matière de féminisme… Et l’autre, avec une connotation positive, « ¡te salió como la puta madre!  », qui fait référence à quelque chose de très réussi… Même « sos un hijo de puta » peut exprimer le bon comme le mauvais, selon les circonstances et le ton de la voix : pour insulter ou pour faire un compliment. Je vous recommande quand même d’être prudent dans son utilisation pour ne pas vous embrouiller.

4. La concha de la lora

Utilisé dans de nombreux contextes, plutôt vulgaire et potentiellement offensant. La concha désigne la vulve, les organes génitaux de la femme. L’insulte se termine généralement par « de la lora » pour en atténuer l’intensité, mais les variantes sont nombreuses… Autrefois, il était beaucoup plus courant de dire « la concha de tu hermana / madre ».

Cette expression est souvent utilisée dans des situations qui provoquent beaucoup de frustration ou de colère, comme au cours des matchs de foot, quand on a failli marquer un but, et on peut utiliser cette expression d’une manière rhétorique.

De même, si on est en colère contre quelqu’un et qu’on ne veut plus le voir, on dit « andate a la concha de la lora ». Ces insultes argentines sont aussi utilisées pour évoquer des endroits lointains ou exagérer quelque chose, il ne s’agit pas nécessairement d’un gros mot dans ce cas, mais ça reste vulgaire (« es más lejos que la concha de la lora »).

5. Forro/a

Ce mot a de nombreuses significations et toutes ne sont pas des insultes. Le sens le plus courant et le plus utilisé est celui de préservatif masculin.

En tant qu’insulte, il est souvent utilisé comme synonyme de pelotudo, et pour parler de quelqu’un d’un peu lèche-bottes, complaisant, trop flatteur, à la recherche d’un traitement de faveur.

6. Andate a la mierda et ses variantes

Nous connaissons tous la définition de mierda. Quand on est en colère, on envoie toujours tout le monde se faire frire des churros (une insulte très très élégante pour dire littéralement « va te faire foutre »). Si vous êtes en colère et que vous voulez envoyer l’autre participant de la discussion loin, très loin, vous pouvez utiliser cette expression.

Elle est très utilisée, un peu vulgaire, mais vous l’entendrez partout, surtout quand la personne qui insulte est en colère.

Variantes : andate a freír churros, andá a cagar, andate a la concha de la lora.

7. Me chupa un huevo

Expression très utilisée pour dire que l’on se fiche de quelque chose ou de quelqu’un, à tel point que l’on dit « un huevo » (un œuf) en référence aux testicules.

8. …de mierda 

Soyons clairs, les Argentins que nous sommes, et qui aimons exagérer, avons aussi une façon de dramatiser les insultes argentines très simple : il suffit d’ajouter « de mierda » à la fin de la phrase, par exemple : pelotudo de mierda, forro de mierda. En d’autres termes, il souligne le mot qui le précède, en lui donnant plus d’intensité.

Bonus : Utilisation du « re »

Une autre manière d’exagérer est d’utiliser « re » . Ce préfixe est utilisé dans toutes sortes de phrases, pas seulement pour les insultes. C’est comme un « très » argentinisé : « esto está re bueno » (cela peut signifier : c’est vraiment super bon) ; « andate a la re concha de la lora ». On peut même utiliser le préfixe « re » de manière isolée : à la question « ¿Te gustó? » , on peut répondre : « Re » … juste comme ça (ce qui veut dire : oui, beaucoup).

***

Connaître les insultes argentines, ou comme on dit, les gros mots, c’est « re » important, et ce, dans toutes les langues. Ça nous permet d’exprimer nos émotions comme les locaux, ou d’être un peu plus proche de la culture locale. On vous conseille quand même de les utiliser avec précaution, surtout face à des personnages aussi volatils que puissent l’être les Argentins.


Las frases argentinas que van a escuchar en todos lados

Ana Balbi
Ana Balbi
Me recibí de médica en la UBA. Escribo y comunico por placer y pasión.

Articles recommandés

12,738AbonnésJ'aime
11,700SuiveursSuivre
1,506SuiveursSuivre

NOS BONS PLANS DU WEEK-END

Concerts, expos, excursions... Reçois chaque semaine les meilleurs plans de Buenos Aires !