« Dream Come True », suivez les instructions de Yoko Ono au Malba

Yoko Ono a été la muse et la femme de John Lennon. Mais… connaissez-vous son œuvre ? Parfois l’occasion fait le larron. La preuve avec l’expo « Dream Come True » qui se tient jusqu’au 16 octobre au Malba. Une exposition en forme de rétrospective avec quatre-vingt œuvres comprenant des objets, des enregistrements, des installations et des vidéos. Depuis 1960 jusqu’à aujourd’hui. Une première en Argentine.

Pionnière de l’art conceptuel et participatif contemporain, formée très tôt à l’art et à la musique, première femme à avoir intégré le cursus de philosophie de l’université japonaise de Gakushuin, diplômée en poésie et composition contemporaine, Yoko Ono, née à Tokio en 1933, installée à New York, est une artiste aussi avant-gardiste que polémique. Elle a tant questionné le concept et l’objet de l’art qu’elle a fini par le dématérialiser, de façon à ce qu’il soit impossible de le commercialiser. Sa dernière expo porteña est infusée par ses engagements en faveur de l’écologie, du pacifisme et du féminisme.

Depuis 1961, elle réalise des films expérimentaux, sortes de performances évoquant le style de George Brecht, parfois en collaboration avec le groupe Fluxus. En 1964, elle a publié « Pamplemousse » (Grapefruit), un livre rempli d’instructions et de messages simples que l’on peut retrouver avec sa couverture originale à la boutique du Malba. Autre immanquable : le livre de l’expo, « Dream Come True ».

Ses messages ou « instructions » sont le leitmotiv de l’expo. Ce sont des phrases ou des vers qui invitent le public à réaliser des actions, à suivre les pas de l’artiste et, sans s’en rendre compte, finir par créer avec elle. A travers sa participation, le spectateur devient acteur et participe à transformer les rêves de l’artiste en réalité. Le spectateur est constamment en interaction avec Yoko Ono qui le guide et le fait réagir. Qu’il s’agisse « d’allumer une allumette et de la regarder jusqu’à ce qu’elle se consume », ou comme John Lennon lors de leur première rencontre, monter un escalier et, loupe à la main, chercher le « oui » invisible à première vue… Si un vieux téléphone rouge sonne, n’hésitez pas à décrocher. Yoko Ono est la seule à avoir ce numéro et peut appeler à n’importe quel moment. Les instructions sont sur les murs : impossible de les louper. Elle nous font réfléchir et réagir. Et surtout nous invitent à nous approcher, à toucher les objets ; à participer, en somme.

Pour récupérer de cette expérience artistique inédite, rendez-vous chez Dandy (Libertador 2410) et offrez-vous un bon goûter ou un délicieux cocktail. Si vous souhaitez prolongez votre après-midi artistique, faites donc un tour au Musée National des Beaux-Arts. Et concluez la journée tout avec un petit plaisir sucré sur la terrasse de Camping.

« Dream Come True », de Yoko Ono, au Malba
Av. Figueroa Alcorta 3415 – Recoleta
Tel : 4808-6500
Visites guidées vendredi et dimanche à 17h
Du jeudi au lundi, de 12h à 20h
Mercredi de 12h à 21h. Fermé le mardi
Entrée : AR$100 (mercredi : AR$50)

Jusqu’au 16 octobre 2016

Photo: Agustina Pasqualini

Agustina Pasqualini
Traductora pública de francés, apasionada por el idioma y la comida de todo el mundo. En parte bretona y porteña a la hora de salir elijo descubrir los lugares con ese "no sé qué" indescriptible.
12,683FansLike
10,680FollowersFollow
1,477FollowersFollow

NOS BONS PLANS DU WEEK-END

Concerts, expos, excursions... Reçois chaque semaine les meilleurs plans de Buenos Aires !