Bar de Cao, le notable qui ne dénote pas (et on adore)

Bar de Cao à San Cristobal
Photo : Julie Desbiolles

Ambiance chaleureuse, chaises et tables en bois, lettrage en fileteado, vieilles publicités aux murs, machines d’un autre temps et jambons crus suspendus : pas de doute, on est dans un café notable, un vrai de vrai.

Et comme tous les notables, une histoire se cache derrière le comptoir. Ouverte en 1915, cette épicerie bien porteña est cédée en 1925 aux frères Cao, des jeunes espagnols venus tenter leur chance en Amérique. Ils ont la bonne idée d’y ajouter une touche de chez eux : ils font importer des délices du vieux continent, ce qui les rend célèbres dans tout le quartier. Leur commerce s’appelle alors La Armonía [L’harmonie] et porte bien son nom ; à toute heure, on peut y trouver les voisins, des bons produits et beaucoup de chaleur. On raconte que la famille Cao était si populaire que les gens du quartier leur laissaient leurs clés d’appartements : ainsi, ils pouvaient entrer et livrer le lait directement sur la table de la cuisine…

- Anuncio -

Aujourd’hui, les frères Cao sont décédés, mais la tradition perdure. Le lieu est baptisé en leur honneur, et on y trouve toujours cette onda bien familiale. Mon amie Jazmine, qui me l’a fait découvrir, le voit d’ailleurs comme une extension de son salon. Tous les deux mois, elle y partage un plat en famille, histoire de passer quelques heures sans être interrompus par le téléphone ou la fin du lave-linge…

Comme votre salon, le Cao est un lieu tout terrain : on y rêvasse devant un café, on y travaille avec un sandwich, on y mange un bon plat de pâtes avec les cousins, on y partage un apéro avec les copains. Vous y trouverez les classiques : des cafés de toutes sortes et de toutes tailles, des petits déjeuners, des pâtes, des milanesas, des sandwichs, des salades… Au rayon plat, les pâtes à la calabaza [courge] sont à tester. Pour les encas sur le pouce, on vous conseille le sandwich de dinde. S’il est plutôt l’heure de l’apéritif, rien de tel qu’une planche de picadas (charcuterie, fromages) avec une bière artisanale. Au rayon tapas, on conseille aussi la tortilla, unanimement validée. Et la cerise sur le gâteau : le Cao dispose d’une terrasse abritée sur le trottoir.

Pour résumer, si vous passez par San Cristobál, on vous conseille fortement d’y entrer ; non pas pour découvrir un endroit révolutionnaire, mais au contraire, pour se blottir dans la tranquillité de ce qu’on connait déjà. Après cette retraite salvatrice, profitez de toute l’énergie récupérée pour aller visiter le MACBA, à une dizaine de cuadras. Autre idée pour les fans de cuisine asiatique : faites une escale à la Nueva Casa Japonesa, où se niche un bout du Japon.

Bar de Cao
Independencia 2400 – San Cristobal
Tel: 4943-3694
Du dimanche au jeudi, de 8h à 2h
Les vendredi et samedi, de 8h a 4h
Prix : $ $