San Antonio de Areco, la Pampa à portée de main

areco
Photo: Eduardo Amorim (Flickr)

À une centaine de kilomètres de la gigantesque Buenos Aires, San Antonio de Areco est un havre de paix, une halte pittoresque qui défie les époques.

Fondé en 1730, cette bourgade de 20.000 âmes est l’un des berceaux de la culture gauchesca. Le Musée Ricardo Güiraldes (célèbre écrivain qui décrivit la vie du gaucho dans le roman « Don Segundo Sombra »), installé dans une estancia blanche aux abords de la ville, rend hommage à la figure mythique du gaucho, à travers des dizaines d’objets typiques de la vie dans la Pampa. Juste en face, le bar La Vuelta de Gato, est le lieu de rendez-vous des gauchos du coin, qui aiment s’y rendre le soir pour jouer aux carte ou refaire le monde autour d’un bon asado.

- Anuncio -

Autour de la très belle place principale, les ateliers d’artisanats regorgent de produits locaux (tissus, cuirs, bijoux, etc). On y trouve aussi quelques délicieuses pulperias (restaurants traditionnels du campo) telle La Esquina de Merti (photo), une auberge à l’ambiance enchantée.

Dans les environs, de nombreuses estancias proposent des séjours à la carte, avec initiation à l’équitation, asados et soirées guitares au coin du feu.

Enfin, sachez que chaque année, autour du 10 novembre, San Antonio de Areco se met en quatre pour la Fiesta de la Tradicion, immense festival dédié à la culture gauchesca, durant lequel on assiste à des démonstrations de jeux ancestraux, avant de s’essayer à la danse folklorique, dans le Parc Criollo situé juste derrière le Musée Ricardo Güiraldes.

Pour s’y rendre : la compagnie Nueva Chevallier (www.nuevachevallier.com.ar / 4000-5255 / Billetteries 67 à 73 à Retiro) effectue le trajet tous les jours de 6h à 23h (environ 2h de route). Voir les horaires et les tarifs actualisés ici.

Office du Tourisme de San Antonio de Areco
Zerboni y Arellano
Tel : (02326) 453165
De lundi à vendredi, de 9h30 à 19h
Samedi, dimanche et jours fériés, de 8h à 20h

Après un fabuleux septennat comme correspondant de L'Equipe et France Football, lors duquel j'ai écumé les meilleurs spots de la "Ciudad de la furia" chère à Soda Stereo, je vis désormais Barcelone. Où évolue un petit gars en short qui n'a pas volé son titre de meilleur ambassadeur de l'Argentine.