Palermo, la “fashion victim” porteña

Si Palermo était une femme, ce serait probablement la “it-girl” fashion de Buenos Aires, toujours à la pointe de la mode, avec ses airs un peu superficiels et mondains. “Branché”, “gourmet”, “noctambule” : autant d’adjectifs qui collent parfaitement à la peau de ce quartier.

La journée, sous le soleil et à l’ombre des bâtiments de pierres, parcourus par de jeunes porteños dans le vent, Palermo est un condensé de capitales européennes ou de grandes villes américaines. Son cœur, la Plaza Italia, est aussi actif qu’un boulevard Haussman ou une Picadilly, quand ses petites ou grandes et extravagantes boutiques de designers en vogue rappellent tant les vitrines du Marais parisien que celles du Soho new-yorkais. Ses petites rues cachées, elles, évoquent une Rome estivale. Ses bosques (bois) de cinquante hectares, poumons verts de la ville, dispersés entre terrains de golf, terrains de polo, vélodrome et jardins, rappellent l’aménagement haussmannien de verdure urbaine du XIXe siècle.

Vous l’aurez compris, le quartier de Palermo est très occidental et en moyenne assez riche. En arrivant d’une grande ville européenne vous n’y serez pas dépaysé. En s’y promenant, on se retrouve au cœur de la hype argentine et de ses folies. Flânez sur les routes pavées, allez lézarder au Jardin Japonais ou au Parc Tres de Febrero.

Parmi nos coups de cœur pour recharger les batteries après une bonne balade, on vous conseille El Ultimo Beso et son atmosphère romantique à la limite du kitsch, le Post et ses murs recouverts de graffitis ou la boulangerie-pâtisserie typiquement française Cocu. Parfaits pour lire un livre en prenant un café ou réviser ses cours, Libros del Pasaje et Urban Station sauront également vous séduire.

Pour déjeuner ou pour dîner, les gourmands ne sont pas en reste, avec la fameuse parrilla Don Julio ou les délicieux tacos de la Fabrica del Taco. Les gourmets préfèreront quant à eux Las Pizarras et ses plats raffinés ou Casa Cavia, une demeure chic qui offre également de délicieux mets.

Les amateurs d’arts trouveront leur bonheur au célèbre Malba (le Musée d’Art Latino-américain), au Musée des Arts Déco ou encore au Musée Sivori, au cœur de la Roseraie. Les passionnés d’Histoire ne manqueront pas d’aller faire un tour au Musée Evita. Palermo est aussi connu pour son hippodrome, son terrain de polo, surnommé la “Catedral” et sa mosquée, offerte par le Roi Fahd à l’Argentine.

Si vous aimez la musique, vous apprécierez le cadre et l’acoustique du Café Vinilo, ou encore les formations de jazz du Thelonious Club, qui proposent régulièrement des concerts en semaine et le week-end.

Ceux qui aiment sortir parmi la faune de noctambules du week-end trouveront leur bonheur dans la cour du Soria, du Temple Bar ou encore celle du Isabel, toutes remplies du jeudi au samedi soir. On adore aussi les bières du Nola et de Shanghai Dragon, à déguster sur le trottoir, plus au sud, dans Palermo Viejo.

Les fêtards les plus invétérés danseront jusqu’à l’aube au Levitar ou à Liquid.

Vous l’aurez compris, il fait bon se balader dans Palermo, il y fait bon vivre et il fait bon y sortir. Le quartier surprend souvent, occupe toujours et jamais ne déçoit. Poursuivez votre balade du côté de Recoleta, les deux quartiers pouvant tout à fait se visiter en une journée.

FICHE D’IDENTITÉ

Le quartier en trois mots : mode, art, bonnes tables
Les points forts : l’infinité de bars/restaurants, les nuits autour de la Place Serrano, les bois de Palermo, le Jardin Botanique, le Malba
Nos restaurants favoris : Don Julio (pour sa viande), Las Pizarras (pour son côté francais) et  Casa Cavia (pour son ambiance élégante)
Nos bars /cafés préférés : Soria (pour son patio et ses cocktails), Nola (pour sa “buena onda” et ses bières artisanales) et Temple Bar (pour ses bières et son style “pub anglais”)
Nos coups de coeur : l’offre superbe et pour tous les goûts au niveau de la gastronomie, de l’art et de la création design.

Photo: Mauro Bertolotto