Taxis : ne vous faites pas balader !

Buenos Aires est une métropole gigantesque. Si les transports en commun couvrent l’ensemble de la capitale, ils peuvent parfois s’avérer chaotiques. Alors, s’il vous arrive un jour d’être pressé, d’avoir la flemme, d’avoir un coup dans le nez en rentrant de soirée ou tout simplement, de ne pas avoir envie d’affronter l’heure de pointe avec les quatorze millions de porteños, sautez dans un taxi !

Plusieurs conseils à garder en tête lorsqu’on prend un taxi dans la capitale

Tous les taxis sont jaunes et noirs, ce qui permet de les reconnaître facilement au loin. La ville en grouille et il est rare que vous attendiez plus de cinq minutes un taxi, même un samedi soir à 3 heures du matin ! Si vous apercevez un petit voyant lumineux affichant le mot « libre », en haut à gauche du pare-brise, lever simplement la main et le taxi s’arrêtera. Les chauffeurs peuvent avoir une conduite pour le moins surprenante, et font d’ailleurs toutes les semaines la une de la presse pour les accidents qu’ils causent, mais vous arriverez dans 99% des cas à bon port sains et saufs, surtout si vous ne négliger pas le port de la ceinture.

RadioTaxis

Buenos Aires possède plusieurs compagnies de taxis. Préférez toujours les RadioTaxis. Vous les reconnaîtrez à leur borne sur le toit de la voiture. Les autres n’en ont pas, tout simplement.
Pourquoi les préférer aux autres ? Car comme partout, le touriste et l’étranger sont des proies plus faciles que les locaux. Il peut donc arriver qu’un chauffeur, voyant que vous n’êtes pas du coin, essaye de vous balader pour que la note finale soit la plus salée possible. Si vous ne connaissez pas la ville et que vous ne prêtez pas trop attention à votre itinéraire, vous vous laisserez berner. Les RadioTaxis ne sont pas une garantie d’honnêteté, mais les chauffeurs sont automatiquement référencés auprès de leur compagnie (vous pouvez voir leurs références au dos du siège avant), il y a donc moins de chances qu’ils se risquent à de petites magouilles.

Payer sa course

Au moment de payer, si vous n’avez sur vous que des billets de AR$100, faites bien attention que le chauffeur ne l’échange pas avec un faux et vous accuse de vouloir l’arnaquer. Cela peut paraître invraisemblable, mais les faux billets sont monnaie courante en Argentine. Vous en aurez forcément entre les mains, il s’agit alors de réussir à les refiler discrètement et c’est ce que votre chauffeur malhonnête essayera de faire, comme tout le monde.

Alors, au moment de payer, inspectez votre billet de AR$100 devant la lumière que le chauffeur allume généralement, afin de voir en transparence si vous distinguez la tête de Julio Argentino Roca (Président du pays à deux reprises au XIXè siècle) et que la ligne argentée en pointillés devient une ligne continue une fois exposée. Si les deux apparaissent correctement, votre billet est un vrai et le chauffeur pourra constater que vous n’êtes pas dupe. Du coup, aucun risque qu’il essaie d’échanger votre billet pour un faux !

Les remises

Ce sont les compagnies de taxis privées que vous pouvez appeler en prévision d’un itinéraire. Vous les commandez par téléphone et ils vous envoient une voiture -celles-ci ne sont pas noires et jaunes comme les autres taxis de la ville. Le prix est défini à l’avance.

Tous les transports

Bonne route !

12,683FansLike
10,677FollowersFollow
1,476FollowersFollow

NOS BONS PLANS DU WEEK-END

Concerts, expos, excursions... Reçois chaque semaine les meilleurs plans de Buenos Aires !