Tucumán, berceau de l’indépendance Argentine

tucumán

A plus de 1.200 kilomètres de Buenos Aires se dresse la province de Tucuman. Bien connu par les argentins pour le rôle déterminant que joua sa Capitale, San Miguel de Tucuman, dans l’histoire argentine, elle l’est beaucoup moins aux yeux des touristes étrangers. A tord, car la province (la plus petite du pays) regorge de sites archéologiques et sa Capitale et loin d’être dénuée de tout intérêt. Une bonne option que vous fait découvrir BAC avant d’aller explorer le Nord-Ouest par l’intermédiaire des provinces de Salta puis de Jujuy

Conseils BAC

En général, on arrive à Tucuman pour deux raisons. La première, pour effectuer une correspondance en bus car la province est souvent une étape obligatoire sur l’axe sud-nord. La deuxième, car nous avons décidé de sortir des sentiers battus pour commencer notre trip vers le Nord-Ouest argentin vers les plus touristiques provinces de Salta et Jujuy. Quoi qu’il en soit, Tucuman ce n’est pas la porte d’à côté depuis Buenos Aires… C’est pour cela qu’une étape n’est pas négligeable surtout quand l’on sait toutes les bonnes surprises qu’elle peut nous réserver sur le plan gastronomique, culturel et historique.

Au niveau des excursions, elles peuvent s’organiser de manière assez simple depuis San Miguel de Tucuman, mais nous recommandons, comme souvent, de louer une voiture sur place pour profiter à votre rythme des sites et des points d’intérêts de la province, d’autant plus si vous continuez ensuite votre route plus au Nord.

San Miguel de Tucumán

Capitale de la province de Tucuman et ville de plus de 500.000 habitants, elle sera votre point de chute dans la région. A l’identité très forte, il faut savoir que c’est ici que le 09 Juillet 1816 fut signé l’acte d’indépendance de l’Argentine. Rebelle et libertaire, elle s’est aussi illustré dans les années 60 quand une guérilla locale a combattu le pouvoir en place avant d’être au premier rang d’une lutte face à la dictature militaire de de 1976 à 1983.

L’incontournable de la ville se nomme Casa histórica de la Independencia. Monument Historique où fut signé le traité d’indépendance (le salon de la Jura est d’ailleurs resté intacte, mobilier compris), il résume à lui seul l’importance de Tucuman dans l’histoire de l’Argentine. Les autres pièces font office de musée où sont exposés des documents historiques, des armes, des meubles et des tableaux. Une visite qui peut-être guidée pour mieux comprendre pourquoi ce lieu est vénéré par les argentins.

Outre ce côté historique et politique, on vient à San Miguel de Tucuman pour y admirer la sublime Plaza Independencia et sa statue Libertad entourée de palmiers, lapachos (un arbre sacré dans la culture incas), chênes et orangers. Toute proche, la Casa del Gobierno (construite au début du Xxème siècle) vaut elle aussi le détour et sert de siège du pouvoir exécutif provincial. On note ensuite deux églises qui se démarquent : Iglesia San Francisco (déclarée Monument Historique où l’on a conservé le premier drapeau argentin de 1816, elle servait d’infirmerie pour les blessés de la bataille de Tucuman) et Iglesia Senora de la Merced (qui abrite le bâton du maréchal offert par le Général Belgrano après la victoire de la bataille de septembre 1812).

Gastronomie Tucumana

La gastronomie locale intègre les grands classiques du Nord de l’Argentine. Empanadas (que l’on appel avec fierté « verdadera empanada tucumana » qui se différencie par sa pâte plus croquante) mais aussi des spécialités andines typiques du Nord comme les tamales et les humitas (papillotes amérindiennes préparées avec de la farine de maïs qui possèdent une garniture différente l’une de l’autre), mais aussi le locro (ragoût à base courge, de maïs et de haricots auquel l’on ajoute de la viande). Du côté des fromages, vous pourrez retrouver la spécialité locale qui se nomme quesillos (fromage frais) et que l’on accompagne avec du dulce de cayote (confiture de courge de siam) ou du miel de cana (sirop de canne) en dessert. En parlant du sucré, goûtez les fameuses alfeniques (bonbons durs à base de miel de cana) ou encore les nueces confitadas (noix confites au dulce de leche baignant dans le chocolat). A savoir que les vins et les bodegas de la région ne sont pas en reste et sont devenues au fil des années l’une des attractions principales de la région !

Parque de Los Menhires

Après avoir parcouru la Ruta 307 et sa belle quebrada de Los Sosa (une chaîne de montagne étroite nourrie d’une riche végétation dont ses célèbres cannes à sucre), vous arriverez dans le village d’El Mollar pour y admirer le site archéologique, parque de Los Menhires. C’est en réalité un petit cerro (colline) où la vue sur la vallée est splendide mais sa particularité est qu’elle accueil plus de 120 menhirs ! Les nostalgiques de la Bande-Dessinée française Astérix seront aux anges. Allant jusqu’à une hauteur de trois mètres et pourvus de sculptures dont les significations reste encore aujourd’hui inconnues, ils dateraient d’avant notre ère. Un lieu plein de mystère dont ses pierres pourraient être les éléments d’un culte solaire…

Tafi del Valle

« Entrée splendide »… Voilà la signification d’un nom qui découle de la langue Quechua. Et l’on comprend pourquoi. Plantée à 2.000 mètres d’altitudes au cœur de la Sierra del Aconquija et au bord du lac, Tafi del Valle a l’allure d’une station balnéaire où l’on pourrait passer plusieurs jours de repos dans une des nombreuses estancias qui disposent d’un cadre idyllique. Aux alentours, le site et les paysages offrent des spots splendides que l’on peut apprécier lors de randonnées ou de balades à cheval.

Amaicha del Valle

Après avoir franchi le Cerro Infiernillo (col de l’enfer) à plus de 3.000 mètres d’altitude marquant un énorme contraste entre la verdure, les torrents, les chalets et les animaux de Tafi del Valle et l’aridité qui s’ouvre désormais à vous, vous tomberez nez à nez sur l’Observatorio astronomico Ampimpa. Assez ludique, vous pourrez y observer le soleil de jour et le ciel étoilé la nuit. Quelques kilomètres plus loin, une pancarte affiche : « Le meilleur climat du monde »… Vous voilà désormais dans le petit village de Amaicha del Valle. Réputé pour son artisanat, Amaicha del Valle reste surtout une escale obligatoire pour son Complejo y Museo Pachamama. Au bord de la route principale, cet immense édifice a été créé par Hector Cruz, un homme très controversé pour avoir expulsé les indiens du site des ruines de Quilmes après les avoir occupé illégalement durant 5 ans. Quoi qu’il en soit, le complexe reste intéressant pour comprendre ce que représente la Pachamama (Terre-Mère) par l’intermédiaire de sculptures, mosaïques, toiles ou encore céramiques.

Les ruines de Quilmes

C’est l’attraction touristique principale de la Province de Tucuman. Un site fondé aux alentours de l’an 1000 quand les Quilmes décidèrent de s’installer sur les lieux pour y cultiver du mais et élever des lamas pour produire du lait, de la viande et de la laine. Ils résistèrent plus de 130 ans aux conquistadores espagnols (les Quilmes seront vaincus en 1634 et seront déportés à Buenos Aires pour y construire la ville) gênés par cette construction bâti en haut de la colline et qui s’apparente comme une forteresse imprenable. Aujourd’hui reconstitué à l’identique, il offre une compréhension de la structuration et du mode de vie des Quilmes en plus de points de vues à couper le souffle sur les vallées…

Vous n’êtes désormais plus qu’à 60 kilomètres de Cafayate, après ces quelques jours au cœur de la province de Tucuman, allez donc plus au Nord découvrir celle de Salta et si votre temps le permets, jusqu’aux confins de la Bolivie vers la Province de Jujuy

Comment s’y rendre :

En bus depuis le terminal de Retiro : les compagnies Expreso del Oeste, Crucero del Sur, Balut et Vosa entre autres. Durée : environ 15h.

En avion depuis l’Aeroparque de Buenos Aires : compagnies Aerolineas Argentinas et LATAM. Départs d‘une dizaine de vols quotidien.

En voiture depuis Buenos Aires : via la Ruta Nacional 157. Comptez environ 13h de route.

Terminal de bus de San Miguel de Tucuman :
Avenida Brigido B. Teran 250
Tel : (+54) 381 4300452

Aéroport de San Miguel de Tucuman :
Aeropuerto Teniente General Benjamín Matienzo (TUC)
Delfin Gallo 4117
Tel : (+54)  381 426-5072

Office de tourisme de San Miguel de Tucuman :
24 de Septiembre 484
Tel : (+54) (0381) – 4303644

Nos restaurants préférés à San Miguel de Tucuman :

El Postino (restaurant italien qui propose les meilleurs pizzas de la ville), La Querencia (l’une des parillas les plus réputées de San Miguel de Tucuman)

Nos bars préférés à San Miguel de Tucuman :

Antares (le fameux bar à bières artisanales que l’on connaît aussi sur Buenos Aires) et Bar Irlanda (pour son ambiance de pub irlandais que l’on apprécie à chaque fois)

Nos hostels / hôtels préférés à San Miguel de Tucuman :

A la Gurda (auberge de jeunesse super buena onda et bon marché), Tucuman Center (hôtel référence de San Miguel de Tucuman)

Location de voitures :
Avis – 24 de Septiembre 364
Hertz – Crisostomo Alvarez 507

Crédit photo : Bastien Poupat

PARTAGER
Journaliste freelance. Après avoir quitté la France pour partir en Argentine vivre ma passion, le football, j'ai décidé de me diversifier, outre que le sport, en intégrant l'équipe de Buenos Aires Connect.