Librairies secrètes, trésors culturels à “puertas cerradas”

librairies secrètes buenos aires
Photo : Facebook Librería Mi Casa

La scène alternative est l’une des richesses de Buenos Aires. Si importante qu’elle en fait une ville unique dans le monde. L’obsession de créer des espaces surprenants, qui sortent des sentiers battus, a changé la façon dont le porteño sort déjeuner ou dîner (plein de restaurants à puertas cerradas), sa manière de profiter de la musique (il y a chaque jour plus de concerts et d’évènements cachés) et, depuis peu, la façon dont on choisit un livre dans la capitale.

Les amateurs de choses étranges vont adorer : il s’agit de librairies privées, dites à puertas cerradas, selon le terme consacré. Elles ont commencé à apparaître il y a environ cinq ans et se distinguent des grandes chaînes car elles proposent des livres rares ou difficiles à obtenir. Sans compter qu’elles sont cachées, chez quelqu’un.

Salon privé, coup de cœur du public

Mi Casa, la première et la plus fameuse de ces librairies d’un nouveau genre s’auto-définit comme « atypique ». Elle vit cachée derrière les portes d’une jolie maison de Villa Crespo avec beaucoup de plantes et de lumière. On peut jeter un œil à sa collection sur le web ou prendre rendez-vous avec Nurit, sa fondatrice et pionnière du mouvement, pour obtenir des conseils de lecture personnalisés. Il y en a une autre à Colegiales, qui en plus d’être cachée se spécialise dans les livres-albums (ces livres composés de texte et d’images) : Los libros del Vendaval. Ces derniers sont exhibés dans le salon.

Fréquemment, elles (il se trouve que ce sont toutes des femmes) font de leur foyer un centre de rencontres culturelles. Adriana Morán a ainsi créé La Vaca Mariposa chez elle et organise constamment des rencontres littéraires. Elle a aussi sa propre maison d’édition.

Une mission éducative

Dopamina Libros est le projet à puertas cerradas de l’écrivain Ignacio Molina qui, dixit ses propres mots, “fait le lien entre ton cerveau et le plaisir de la lecture”. Ils organisent des ateliers de lecture et d’écriture, et publient les derniers livres disponibles sur leur Facebook. La librairie secrète Luz Artificial va encore un peu plus loin en faisant office d’école de littérature clandestine : ils proposent plein de cours, depuis le design éditorial à des ateliers tels que “esquisses pornotransféministes”.

***

Même si on en évoque seulement quatre ou cinq avec vous, on n’a pas le moindre doute qu’il en existe beaucoup d’autres, encore plus underground. D’ailleurs, de nouvelles pépites voient peut-être le jour en ce moment-même dans le salon d’un collectionneur de livres rares désireux de partager ses trésors avec le monde.