Les femmes au pouvoir derrière les zincs de Buenos Aires

barmaids argentina
Image : Facebook de Mapa de Barmaids

Ada Coleman a été la bartender de l’Hôtel Savoy de Londres pendant vingt-trois ans et l’une des deux seules femmes à avoir occupé ce poste dans l’histoire. Le « Hanky Panky », un cocktail mondialement connu, à base de gin, vermouth et fernet est une de ses créations.

Ada a été l’une des nombreuses bartender (ou barmaid) en charge d’un bar ou en responsabilité entre les quatre murs de cuisines agitées, se chargeant de la toujours périlleuse attention au client ou occupant tant d’autres postes de leader et de gestion dans le monde du cocktail et de la gastronomie où il ne faut pas ménager ses efforts.

- Anuncio -

Mais il y a toujours eu un problème quant aux opportunités et à la visibilité : ce n’est pas tant qu’aucune femme ne réussisse, mais combien, comment et pourquoi.

Aujourd’hui, comme c’est le cas pour ce qui concerne d’autres sujets touchant au genre, les mouches ont changé d’âne et la révolution est en train de faire son trou. Les femmes sont en train de prendre la barre (des bars, des cuisines, des mouvements sociaux), et cela dans le monde entier ou presque. À l’heure qu’il est, il est difficile de savoir jusqu’où nous irons. Et Buenos Aires ne fait pas exception.

Une carte de barmaids dans toute l’Argentine

Ce n’est pas difficile de trouver une femme derrière un comptoir. Ce qui l’est, en revanche, c’est que son travail soit visible, qu’on la soutienne, qu’on la forme et qu’on la médiatise. Si tu connais une femme barista, sommelier, barmaid ou autres, parle-lui de la Carte de Barmaids. C’est la seule plateforme du pays avec les caractéristiques suivantes (elle est aussi d’avant-garde en Amérique latine) : en plus de réunir les femmes de la cocktailerie et de la gastronomie, elle s’occupe de les former avec les Charlas del Mapa (« les discussions de la carte », en VF), veille sur leur santé et leur bien-être, organise des débats sur les spécificités de l’industrie et tisse des réseaux de femmes qui débordent d’opportunités, d’emplois et d’évènements.

Les championnes du houblon

Le premier réseau qui réunit les femmes du monde de la bière : sommelières, productrices, mais aussi buveuses ! La comunidad de mujeres cerveceras partage des évènements, comme par exemple des préparations en direct et des occasions comme « Femibirra » pour échanger sur l’activisme et faire du networking. Se réunir, cuisiner, rendre hommage et, bien sûr, valoriser d’autres femmes. Il y a aussi la communauté des Lupuleras Rosarinas, composée de professionnelles qui brassent la bière tout en célébrant les femmes argentines. Un exemple : son dernier lancement #IPAMalvina est dédié aux vétérans et vétéranes des Malouines. Les profits seront donnés à une ONG liée à la cause.

Les wachas connaissent aussi le whisky

Quoi ?! Les hommes seraient donc les seuls à pouvoir parler de whisky ? Les femmes ne boivent que du cosmopolitan ou du daiquiri ? Rien n’est plus éloigné de la réalité : Wachas Whiskeras est un compte Instagram, un groupe Whatsapp et, surtout, un collectif de femmes qui se réunissent autour de dégustations, discussions et moments informels pour se former, apprendre à mieux boire et dénicher des promos sur leurs boissons préférées. Le tout sous la houlette d’Agustina Blanco. Minas Whisky est un groupe similaire, également sur Instagram.

MIGA (Mujeres Impulsoras de la Gastronomía Argentina) 

Miga est un collectif de femmes à niveau national qui veut donner de la visibilité à des sujets et des problématiques de genre dans le monde de la cuisine. Ils organisent des activités de sensibilisation et des débats en réunissant des femmes venant de différents métiers et disciplines. Le fil rouge : la souveraineté alimentaire.

Barmaid célèbres en Argentine

  • Pipi Yalour, bartender, chercheuse et nerd des comptoirs. Auteure de la newsletter Chicas Barra, qui passe au crible tout ce qui est utile aux femmes derrière le comptoir, des bas de contention aux questions de genre.
  • Manuela Ortega Diker est une bartender spécialisée dans les cocktails classiques qui s’est fait une place derrière le bar de Kinky Bar, le seul bar glam-punk de la ville qui, soit dit en passant, propose une excellente carte et un charme unique. Elle a son propre comptoir et c’est l’un des cerveaux de Tres Monos, une grande nouveauté de 2019.
  • Magui Caviasso prouve que tout ne se passe pas à Buenos Aires. C’est l’une des bartender les plus connues du pays et elle est basée à Rosario, Santa Fe. Elle pilote les cocktails de Piel de Toro et elle est la cofondatrice du mouvement Hanky Panky qui diffuse la cocktailerie par et pour les femmes au niveau local.
  • Flavia Arroyo est en charge des cocktails sophistiqués et étonnants de Casa Cavia. Une carte très conceptuelle qui se distingue aussi par l’innovation qui guide ses procédés et le souci de tirer le meilleur des ingrédients afin de s’inscrire dans une démarche durable.
  • Mona Gallosi, bartender autodidacte est aujourd’hui proprio de son propre espace multifacette dédié à la gastronomie et aux cocktails à Buenos Aires : Puente G.

Les femmes ne sont pas seulement parties pour rester : le moment est venu de briller et de s’entraider.

« Parler de liberté n’a de sens qu’à condition que ce soit la liberté de dire aux gens ce qu’ils n’ont pas envie d’entendre. » – La Ferme des Animaux, George Orwell.

Traduction : Nicolas Zeisler

Comunicadora, especialista en redes sociales e inquieta seguidora de la cultura local a través de los platos, los tragos, los bares clásicos y los refugios secretos.