SE LOGER À BUENOS AIRES

À la recherche d’une colocation ou d’un appartement à Buenos Aires ? Notre équipe vous aide à trouver rapidement un lieu qui correspond à vos critères (style, quartier, budget, …)

Ocho esquinas, un air de tango aux saveurs germaniques

Le Bar Ocho Esquinas est bien plus qu’un bodegón, c’est une véritable institution ! Pousser sa porte, c’est faire un bond dans le temps ; s’installer à une de ses tables, c’est suivre les traces de nombreuses figures du monde du tango.

Mais c’est aussi… manger une bonne choucroute. Choucroute et tango, deux mondes incompatibles ? Nous voilà sur le pas de la porte, curieux et intrigués…

L’histoire d’Ocho Esquinas

Fondé dans les années 1930, ce bar notable n’a connu que trois propriétaires depuis son ouverture. Son nom « 8 coins de rue » provient du croisement inhabituel de la ville où il est situé : entre les avenues Forest, Alvarez Thomas et Elcano, à la frontière de Chacarita, Villa Ortúzar et Colegiales.

Cependant, le restaurant a longtemps été connu des habitués comme « bar Allemand » ou « la Munich », à cause de ses spécialités d’Outre-Rhin.

L’histoire est émouvante. Rafael Rojo, émigré espagnol et fondateur de l’établissement, rencontre durant sa traversée en bateau qui l’amène à Buenos Aires un citoyen allemand avec lequel il se lie d’amitié. Une fois son restaurant ouvert, c’est tout naturellement qu’il lui propose de travailler en cuisine. Son ami ajoute alors au menu des spécialités de son pays.

Malheureusement, le cuisinier décède prématurément. Pour lui rendre hommage, Rojo décide de maintenir intacte la liste des plats allemands et demande à ses successeurs de faire de même. La tradition est maintenue de nos jours.

Ocho Esquinas, aujourd’hui

Ce bar notable garde sa façade en bois, intacte, avec des rideaux à mi-fenêtre.

« Mis 8 esquinas » c’est aussi le titre d’un célèbre tango qui fait référence directe à ce bar. En effet, à ses débuts, ce restaurant avait pour clients de grands noms du monde tanguero : les frères Esposito, Aníbal Troilo, Homero Manzi y surtout Osvaldo Pugliese, qui vivait à quelques rues de là.

C’est d’ailleurs sa fille, Beba, qui a composé la musique du tango éponyme en souvenir de son enfance dans le quartier. La partition originale dédicacée est affichée avec fierté sur les murs du restaurant.

Question menu, vous trouverez les grands classiques de bodegón de Buenos Aires : milanesa, pâtes. Si vous y allez en groupe, ne ratez pas les picadas, un large choix de fromages et de charcuterie à partager, des plus traditionnelles « ningún fiambre raro » aux plus insolites comme « la tabla alemana » avec des charcuteries de tradition germanique.

Bien sûr, nous avons goûté à la choucroute, que nous avons accompagnée d’une bière importée… d’Allemagne, bien-sûr. Le plat « Rippen » comprend une part de poitrine de porc grillée avec du choux blanc et des pommes de terre vapeur. La nourriture est savoureuse et la moutarde maison a été notre coup de cœur.

Le serveur, personnage haut en couleur, a été extrêmement sympathique. Non seulement il nous a conseillé sur les différents plats, mais il a aussi répondu à toutes nos questions avec gentillesse. C’est ainsi qu’à la fin de cette excellente expérience, la cerise sur le gâteau a été d’apprendre que nous avons mangé à la table préférée d’Osvaldo Pugliese !

Si vous souhaitez découvrir une autre institution du quartier, ne ratez pas la Mezzeta.

Ocho Esquinas
Av. Forest 1186 – Colegiales
Fermé le dimanche

Aude Labadie
Aude Labadiehttps://matecolibri.com
Profesional del turismo, cultivo el amor por el yoga, las plantas, la escritura, los viajes y las meriendas entre amigas en un bar cosy.

Articles recommandés

12,727AbonnésJ'aime
11,763SuiveursSuivre
1,506SuiveursSuivre

NOS BONS PLANS DU WEEK-END

Concerts, expos, excursions... Reçois chaque semaine les meilleurs plans de Buenos Aires !