Vins d’Argentine et d’Uruguay, les clés de la dégustation

vino argentina uruguay
Ph: Kym Ellis

Passionné d’œnologie et critique de vin, Florent Michel nous a proposé de partager sa passion en nous livrant ses découvertes et ses coups de cœurs en rouge et blanc (parfois pétillant). Et comme on se sentait un peu perdu, on lui a demandé de nous livrer une petite introduction, histoire de nous guider dans le labyrinthe viticole local.

Vignoble, géographie et cépages

Très peu de chiffres, mais pour se souvenir de la superficie des vignobles retenez 8, 2 et 8. La France en compte 800.000 hectares (dont 120.000 rien que pour le Bordelais), l’Argentine 220.000 hectares et l’Uruguay 8.000 hectares, pour donner une perspective. L’Argentine et ses 25.000 domaines viticoles (viñedos) cumule les records du monde : avec les vignes les plus hautes du monde (région de Salta, jusqu’à 3.100 mètres), des vignes centenaires (certaines vignes ont plus de 120 ans à Mendoza) et les vignes les plus au sud du monde (El Hoyo dans la province de Chubut).

- Anuncio -

Ce vignoble est divisé en cinq grandes régions, dont la principale, Mendoza (incluant San Rafael) concentre 70 % de la production du pays (soit 150.000 hectares), le reste se partageant entre San Juan, la Rioja, Salta et la Patagonie. La diversité importante de climats et de sols/sous-sols nécessite des techniques de vinification bien distinctes. Avec son vignoble beaucoup plus modeste, l’Uruguay possède tout de même 250 bodegas, dont certaines remarquables, qui se concentrent au nord-ouest de Montevideo et dans la région de Canelones. Deux pays, deux cépages : le Malbec pour l’Argentine (environ 70 % de la production totale de rouges), connu en France sous le nom de Cot (vins de Cahors), le Tannât pour l’Uruguay (40% de la production, équivalent du cépage Madiran en France). N’oublions pas le Chili où le cépage dominant est le Cabernet Sauvignon (43 % de la production), roi des cépages bordelais.

Toutefois, les vins chiliens sont peu présents dans ces contrées, concurrence oblige… Au delà du Malbec, l’Argentine produit un nombre très varié d’autres cépages et quelques cépages uniques tels que le Torrontes (Salta et Mendoza) ou même le Caladoc (croisement de grenache noir et malbec réalisé par l’INRA en France en 1958…). On trouve en réalité de tout ici : Bonarda, Merlot, Pinot Noir, Cabernet Sauvignon, Cabernet Franc, Tempranillo, Petit Verdot ou autres Gamay et pour les blancs, Chardonnay, Chenin, Sauvignon Blanc, Sémillon et même du Malbec vinifié en blanc. En Uruguay, au côté du Tannât, on trouve aussi du Merlot, Pinot Noir, Cabernet Sauvignon, Chardonnay, Sauvignon blanc, Pinot Gris et de l’Albarino.

Vinification, vins et bodegas

Ces vingt dernières années, on constate d’énormes progrès dans la vinification avec une amélioration des process, des équipements (trieuses automatiques, pressoirs pneumatiques), des instruments (refractomètres pour connaitre directement la teneur en sucre/alcool à partir du raisin cueillit) et la venue d’œnologues de renom tels Michel Rolland, Paul Hobbs ou Atilio Pagli. Les bodegas utilisent les techniques de vinification classiques en cuve ciment ou inox, suivi d’un élevage en cuve ou en barrique de chêne français ou américain.

La chaptalisation (ajout de sucre avant ou après la fermentation) n’existe pas, car au contraire de la France, où elle subsiste encore un peu malgré le réchauffement climatique, la teneur en sucre des raisins est très importante, due à l’ensoleillement et à la chaleur. Les vins peuvent atteindre des degrés d’alcool allant jusqu’à 16 degrés, la moyenne se situant aux alentours de 14 degrés, un peu moins dans les blancs. L’ajout de copeaux de bois est fréquent ainsi que d’acide tartrique (pour compenser le manque d’acidité de jus trop riche en sucre).

Les vignes sont irriguées au goutte à goutte ou parfois par inondation, ce qui est interdit en France dans la plupart des appellations renommées. En Uruguay, du fait de la pluviométrie, les vignes ne sont pas irriguées.

Plus que des vins de garde (qui se conservent et vieillissent bien) l’Argentine produits des vins  « à boire », c’est-à-dire des bouteilles qui peuvent être consommé dans l’année de production. Clin d’œil pour nous Européens, qui à de très rares exceptions (tel que le Beaujolais) ne buvons jamais de vin de l’année. En Argentine et en Uruguay, les vendanges ont lieu fin mars/début avril et le processus de vinification peut se terminer dès la fin septembre, surtout pour les blancs. Ces deux pays font la part belle aux mono cépages, c’est-à-dire que c’est un cépage unique qui est utilisé pour la production. Les vins d’assemblages (blend) ont néanmoins tendance à se développer, notamment dans le haut de gamme.

Généralement, une bodega propose entre trois et cinq gammes de vins. Une entrée de gamme généralement, avec des vignes jeunes et une vinification simple et courte faite en cuve ciment ou inox. Une deuxième gamme appelée « Reserva », faite avec des vignes plus anciennes et un élevage en barrique pendant 6 à 12 mois, voire plus, puis un haut de gamme avec des vieilles vignes, des raisins triés, des parcelles choisies et une vinification en barrique de 12 mois minimum. Enfin des éditions de vins spéciaux, voire expérimentaux (cuvées spéciales, nouveaux cépages, expérimentation d’assemblages). Pour terminer, on peut trouver une gamme de vins pétillants de type crémant ou mousseux, parfois même utilisant la méthode champenoise de l’assemblage. On notera aussi l’apparition des vins bios lancés par certaines bodegas prestigieuses.

Consommation, tendances et cavistes

L’Argentin est connaisseur et consomme du vin. Prés de 75 % de la production de vin est ainsi consommée localement. L’Uruguayen aussi aime le vin, consommant 90% de sa production… En Argentine, le rouge représente 80% de la consommation mais le blanc progresse et les rosés aussi ont fait leur apparition. Ces deux pays exportent, notamment vers les États-Unis, le Brésil mais aussi l’Angleterre ou l’Allemagne.

L’un des avantages pour ceux qui résident dans la région est que la majorité des exportations concerne des vins d’entrée ou de milieu de gamme. Les vins de haute gamme et aussi ceux de garde sont consommés localement et s’exportent beaucoup moins. Privilégiés, nous avons ainsi accès à ce qui se fait de mieux !

Où trouver le vin en Argentine et en Uruguay ? Il existe plusieurs canaux de distribution. Les petits supermarchés de quartier, les grandes surfaces et les cavistes (vinotecas). Du fait des amplitudes thermiques fortes dans le pays et des conditions de stockages qui parfois laissent à désirer (souvent par méconnaissance), il est important de bien choisir l’endroit où l’on achète son vin. Il n’est pas rare d’observer des palettes de vins sur des parkings de grande surface en pleine chaleur ou des vins surexposés à la lumière. Il est donc plutôt recommandé d’aller chez un caviste ou normalement les conditions de manipulation et de stockage devraient être plus favorables, même si le prix est parfois plus élevé (si on peut éviter pour quelques pesos de plus le désastre d’arriver dans un dîner avec une bouteille oxydée ou bouchonnée…).

En Argentine, les quatre grandes chaînes de cavistes sont Winery, Ligier, Grandcru et Tonelprivado. À Montevideo, Los Dominguez ou Vinoteca Le Caviste. Et comme en Europe, on trouve de nombreux cavistes de quartier. Bref on a le choix !

latina-wine-app-buenos-aires-connect

Soy crítico de vinos, nativo de Francia con base en Uruguay. Me especializo en vinos de América del Sur. He catado cientos de etiquetas argentinas, chilenas y uruguayas. Creé la app Latinawine, una guía independiente con servicio de geolocalización que te permite encontrar tus vinos favoritos cerca de vos y las promociones vigentes.