Plaza San Martín, témoin vert de l’histoire argentine

Le jour où les habitants du quartier de Retiro ont commencé à réclamer un espace vert, ils étaient loin d’imaginer que leur demande serait couronnée d’un tel succès. Autrement dit, qu’elle aboutirait à la construction de l’une des plus belles places de Buenos Aires. Aujourd’hui, la Plaza San Martín est la seconde place historique de la ville après la Plaza de Mayo.

La place compte un grand nombre d’arbres verdoyants qui créent de subtils jeux d’ombre et de lumière sur les passants – généralement des hommes d’affaires pressés qui traversent la place à toute allure à l’heure du déjeuner ou des collégiens qui y traînent pendant tout l’après-midi. Autour de la place, on trouve des consulats, des ambassades, des hôtels célèbres et des bâtiments d’inspiration française. Le meilleur spot ? La grande terrasse qui donne sur un jardin incliné, et offre une vue privilégiée sur l’architecture du quartier, les embouteillages, les couples d’amoureux allongés sur la pelouse. Sans oublier la Tour des Anglais et son immanquable horloge qui occupe l’horizon. Une vue digne d’une carte postale. Inoubliable.

- Anuncio -

L’Histoire à chaque pas

En 1800, l’endroit accueillait des arènes. Bien avant cela, au moment de la deuxième invasion anglaise, des affrontements militaires eurent lieu à l’exact emplacement de la place. Quelques années plus tard, le Général San Martín y installa ses quartiers (d’où le nom). Le lieu a donc été marqué à la fois par l’imagerie militaire et par la tauromachie. Jusqu’à ce que les voisins demandent à ce que la place soit reconstruite et reboisée comme un espace vert.

La main inspirée de Carlos Thays

Comme c’est le cas pour de nombreux autres endroits que nous adorons à Buenos Aires, le Français Carlos Thays a apporté sa touche de génie à la Plaza San Martín. Le paysagiste a imaginé une zone réservée à la pelouse et une autre où il a planté palmiers, tilleuls, saules, pins, chênes et ses jacarandas chéris.

Monuments incontournables

La place accueille un certain nombre de monuments qui comptent dans l’histoire argentine. Par exemple, le Monument au Général San Martín, une œuvre du sculpteur français Louis Joseph Daumas, avec quelques pièces de l’Allemand Gustav Eberlein. On raconte qu’il s’agit de la première statue équestre d’Argentine. Mentionnons aussi le Monument aux victimes des Malouines : vingt-cinq plaques de marbre pour rendre hommage aux six-cent-quarante-neuf soldats tombés au champ d’honneur. Leurs noms figurent sur le monument. Il existe également un monument appelé « Le doute », qui représente un jeune et un vieux monsieur lisant et s’interrogeant devant une Bible ouverte.

La Plaza San Martín permet de profiter, depuis une sorte de monticule privilégié et isolé, d’une des zones les plus agitées et typiques de la Capitale. Elle a été déclarée lieu historique en 1942.

Plaza San Martín
Av. Santa Fe et Maipú – Retiro

Photo : ph.carocol