Miramar, la cité des grands enfants

Miramar

Connue aussi comme “La ville des enfants”, Miramar est l’une des stations balnéaires préférée des familles et historiquement privilégiée par la communauté juive argentine. Elle a été fondée à la fin du XIXe siècle sur les terrains de l’estancia “El saboyardo” ou Le Savoyard, un nom suggéré par l’administrateur de ces terres, né en Savoie française.

Jusqu’à aujourd’hui, c’est la seule station balnéaire de la province de Buenos Aires dont la jetée peut être parcourue à vélo : le parcours de bord de mer possède des pistes cyclables de 15 km de long. Tous les étés, différentes activités juives y ont lieu, dont des cours et des spectacles de rikudim (danse du peuple d’Israël). Par ailleurs, tous les ans au mois de février, un hommage est rendu aux victimes de l’attentat de 1994 contre l’Association Mutuelle Israélienne Argentine (AMIA), au pied d’un monument représentatif.

- Anuncio -

L’un de ses principaux charmes naturels est la Forêt Energétique également appelé Obscure (Bosque Energético o Bosque Oscuro). Il s’agit d’une forêt de pins touffue installée pour fixer les bancs de sable mais qui présente une particularité : en son centre, l’endroit devient complètement sombre et la lumière du soleil n’atteint pas le sol. L’endroit abrite de nombreuses légendes en tout genre : on dit que ce lieu est un centre magnétique aux courants telluriques, ou d’ionisation de l’environnement, d’énergie quantique, propice aux cabales, ou encore qu’il y existerait à cet endroit un ancien cimetière indien.

À 40 km, on apprécie également Mar del Sur, une station balnéaire connue pour abriter l’hôtel le plus ancien encore debout en Argentine, construit en 1889 : le Boulevard Atlantique, une grande maison de 3 000 m² couverts, aux toits d’ardoises françaises, avec quatre-vingt-dix chambres, parquet en bois de pin et des céramiques en porcelaine anglaise. Il hébergeait jadis quatre-vingts familles d’immigrants juifs, qui rejoindront plus tard les colonies fondées à Santa Fe par le baron Hirsch.

Son inauguration coïncida avec la crise argentine de 1890 et la banque qui la finançait finit par faire faillite. Son titulaire se suicida et le chemin de fer promis n’est jamais arrivé. L’hôtel se retrouva complètement abandonné pendant plus d’un siècle, sans touristes ni employés. L’immeuble vient d’être acquis par un groupe hôtelier et est aujourd’hui en pleine rénovation. Il devrait être inauguré sous peu.

Comment y arriver :

En voiture : depuis le centre de Buenos Aires, prenez l’autoroute en direction de la ville de La Plata. Puis, après le péage d’Hudson, prenez la bretelle vers la Route 2, jusqu’à sa fin. En arrivant au centre de Mar del Plata, prenez l’avenue qui longe le bord de mer Costanera Peralta Ramos, qui deviendra après la route provinciale 11, l’un des chemins maritimes les plus beaux de l’Argentine, arpentant les falaises et les forêts. Durée du voyage : 5h.

En train : depuis la Gare de Constitución, Ferrobaires offre un service express hebdomadaire à Mar del Plata, à 60 km seulement. Les départs sont les jeudis et les retours les samedis. Le voyage doit être complété en bus de courte distance depuis la ville de Mar del Plata (départs toutes les heures). Durée du voyage : 8h.

En bus : depuis la Gare Routière de Retiro, plus de 8 compagnies de bus arrivent tous les jours jusqu’à Miramar. Durée du voyage : 6h.

En avion : Aerolíneas Argentinas offre des vols tous les jours de l’aéroport métropolitain Jorge Newbery (Palermo) jusqu’à l’aéroport de Mar del Plata, à 60 km seulement de la ville. Le voyage doit se poursuit en bus de courte distance depuis la ville de Mar del Plata (départs toutes les heures). Durée du voyage : 1h35.

Photo : Luis Beltrán

Traductora pública de francés, apasionada por el idioma y la comida de todo el mundo. En parte bretona y porteña a la hora de salir elijo descubrir los lugares con ese "no sé qué" indescriptible.