SE LOGER À BUENOS AIRES

À la recherche d’une colocation ou d’un appartement à Buenos Aires ? Notre équipe vous aide à trouver rapidement un lieu qui correspond à vos critères (style, quartier, budget, …)

Musée Kosice, un parcours secret et hallucinant à Almagro

Le Musée Kosice de Buenos Aires propose un voyage à travers l’importante production de Gyula Kosice, artiste réputé pour ses œuvres lumineuses et cinétiques.


Nombreux seront surpris d’apprendre qu’il existe, dans le quartier d’Almagro, le musée Kosice, un espace consacré à l’exposition de certaines des œuvres les plus importantes de l’artiste Gyula Kosice.

Cela s’explique en partie par le fait que l’institution fonctionne à huis clos et que, pour la visiter, il faut faire une réservation préalable.

La collection du musée compte plus de 200 pièces et sa visite est une bonne occasion de se pencher sur l’étendue de la production de Kosice. Elle va de ses débuts au sein du mouvement Madí à ses dernières œuvres lumineuses et « hydrocinétiques » (avec de l’eau). L’exposition présente également des sculptures, des photographies et des maquettes.

L’un des détails les plus intéressants est que l’institution est dirigée par les petits-enfants de Kosice et que ce sont eux qui assurent les visites. Cela confère à la visite une grande convivialité et permet aux curieux de poser des questions précises sur la vie de l’artiste, ses techniques et son œuvre en général.

Qui fut Gyula Kosice ?

Gyula Kosice a été l’un des artistes les plus avant-gardistes et les plus prolifiques de notre pays. D’origine tchèque, il est arrivé en Argentine à l’âge de quatre ans, a été naturalisé et y a vécu jusqu’à sa mort en 2016. Son vrai nom était Ferdinand Fallik, mais tout le monde le connaît sous son nom d’artiste : Košice (un surnom qu’il tenait de sa ville natale).

L’artiste était membre du Mouvement Art Concret – Invention et a fondé en 1946 le Mouvement Madí, un groupe auquel appartenaient également Carmelo Arden Quin et Rhod Rothfuss. Plus tard, il s’est essayé à l’art optique et cinétique. Il fut également l’un des premiers artistes au monde à utiliser de l’eau pour ses œuvres et fut un pionnier dans l’utilisation du gaz néon.

Kosice ne s’intéressait pas seulement aux arts visuels, il était aussi poète, essayiste enthousiaste et co-éditeur de la revue Arturo. Dans cette publication, l’artiste fait sa proposition la plus avant-gardiste : l’art ne doit pas être « représentation » mais « invention ». Ainsi, dans les années 40, il ouvre la voie à l’abstraction, une tendance qui n’avait pas encore eu beaucoup d’adeptes dans notre pays.

Parcours du Musée Kosice

Rappelons qu’il s’agit d’un musée auquel on accède uniquement avec une réservation. La première étape consiste à faire ladite réservation sur le site web du Musée Kosice. C’est très important, car seuls les visiteurs ayant pris rendez-vous peuvent entrer dans le musée.

Le jour du rendez-vous, ce sont les petits-enfants de l’artiste qui accueillent le public et l’accompagnent dans la visite. La première station est une salle consacrée à la période Madí, caractérisée par des peintures en aplats de couleurs avec des cadres découpés.

Ensuite, nous tombons sur l’une des œuvres emblématiques de Kosice : Röyi (1944). Cette œuvre est considérée comme pionnière de l’art cinétique en Amérique latine et l’une des premières œuvres articulées et mobiles au monde à exiger la participation du spectateur.

Tout au long de la visite, on peut découvrir plusieurs œuvres hydrocinétiques dans lesquelles l’eau, la lumière et le mouvement se combinent pour donner lieu à différents phénomènes optiques. Un détail ? Dans l’une des salles, on peut voir « Una gota de agua acunada a toda velocidad » (Une goutte d’eau bercée à toute vitesse) (1948), la première pièce que l’artiste a réalisée avec cet élément inédit et qui a marqué l’histoire de l’art contemporain.

Enfin (mais on ne vous dit pas tout), l’un des joyaux du Musée Kosice est la salle des « villes hydrospatiales ». C’est là que se trouvent les métropoles futuristes dont l’artiste rêvait dans les années 1950 et qu’il pensait pouvoir construire au XXIe siècle sur une autre planète que la Terre. Kosice était tellement « obsédé » par ces projets qu’il a même contacté la NASA pour lui demander conseil.

Le magasin du Musée Kosice

Avant de quitter le musée, on vous conseille de parcourir quelques-uns des livres et des publications disponibles dans la boutique. L’institution propose un catalogue complet de plus de 200 œuvres de la collection. On y trouve également des biographies, des textes critiques et des analyses philosophiques des œuvres novatrices créées par Kosice.

Musée Kosice
Humahuaca 4662 – Almagro
SUR RÉSERVATION UNIQUEMENT
Contacter visitas@kosice.com.ar

Los museos imperdibles de Buenos Aires

Maria Eugenia Mastropablo
Maria Eugenia Mastropablo
Periodista y amante del arte. En búsqueda de todos aquellos sitios de la Ciudad que vale la pena conocer.

Articles recommandés

12,709AbonnésJ'aime
11,874SuiveursSuivre
1,506SuiveursSuivre

NOS BONS PLANS DU WEEK-END

Concerts, expos, excursions... Reçois chaque semaine les meilleurs plans de Buenos Aires !