Club Cultural Matienzo, labyrinthe exquis de culture latino

Centro Cultural Matienzo
Photo: Facebook Matienzo

On s’abandonnerait volontiers une éternité dans ce club culturel aux airs d’île déserte paradisiaque pour tous les amateurs de sorties colorées. Les assoiffés de culture alternative y sont en effet abreuvés en continu par une programmation éclectique.

Né en 2008 sur l’idée originale de cinq copains, le Matienzo ne cesse de nous surprendre et de nous envoûter.  Concerts, cinéma, expositions (dans la salle Matienschön, espace dédié à l’art contemporain), production de théâtre indépendant, spectacles de danse ou de stand-up, rencontres littéraires, débats, ateliers artistiques en tous genres : le Matienzo fourmille d’idées et de projets hétéroclites et passionnants. Le lieu possède même sa propre radio, à écouter sans modération 24h/24 sur internet. Des formations en production musicale et édition audiovisuelle ou encore en jeux vidéos, VJing, dessin scénique, sont proposés tout au long de l’année.

- Anuncio -

Le week-end, le club se transforme en une gigantesque ruche culturelle au sein de laquelle s’entrecroise une faune d’artistes, de personnages hauts en couleur et de noctambules délurés.

On prend un malin plaisir à se perdre dans les méandres de ce colossal bâtiment, en gravissant ses différents escaliers puis en pénétrant dans les nombreuses pièces qui le composent, jusqu’à la terrasse du premier étage, où se trouve un troisième bar (il y en a aussi un à l’entrée et dans la salle de concert). Vous y trouverez bières à la pression, fernet-coca et autres cocktails habituels, mais aussi les classiques pizzas et empanadas.

Avant de lancer votre soirée dans ce bouillon de cultures, on vous conseille d’aller boire un coup à quelques cuadras, dans le mystérieux Ladran Sancho, à Almagro, ou à l’effervescent Shanghai Dragon.

Club Cultural Matienzo
Pringles 1249 – Villa Crespo
Ouvert de mardi à dimanche, à partir de 18h

Photo : Facebook du Club Matienzo

Après un fabuleux septennat comme correspondant de L'Equipe et France Football, lors duquel j'ai écumé les meilleurs spots de la "Ciudad de la furia" chère à Soda Stereo, je vis désormais Barcelone. Où évolue un petit gars en short qui n'a pas volé son titre de meilleur ambassadeur de l'Argentine.