“Shopping and fucking”, un théâtre politique, puissant et dérangeant

SPECTACLE TERMINÉ

L’auteur Mark Ravenhill s’inscrit dans le courant britannique des années 90 appelé « in-yer-face », soucieux de rompre avec les canons de l’époque. Un théâtre de la marginalité, direct et cru, où la parole tient une place fondamentale.

C’est une pièce acide et violente que choisit de mettre en scène Mariano Stolkiner avec la compagnie « El balcon de Mersault ».

« Shopping and fucking » raconte l’histoire des addictions engendrées par la société de consommation dans laquelle nous vivons. Addictions à la drogue, à l’argent, au sexe, à l’amour, au besoin de « l’autre ». Et surtout, au besoin de ne pas être seul.

On y découvre l’histoire d’un couple qui essaye de survivre à la misère dans laquelle il vit et se retrouve contraint à vendre de la drogue. L’histoire d’un homme au milieu de ce couple, qui entretient une relation avec le mari et cherche à se désintoxiquer de la drogue et de l’amour. Recherche d’un corps à corps sexuel où l’âme et les sentiments ne rentrent plus en jeux… L’histoire d’un jeune garçon abusé qui perpétue cet abus dans ses relations intimes. Et celle d’un businessman qui semble être conscient de ce que nous avons perdu, conscient du fait que seul l’argent est devenu notre unique motivation.

Bagarre, hurlements, douleur, injustice… On voit ici des choses que l’on préférerait ne pas voir, des choses qui bousculent notre petite tranquillité quotidienne. Cette réalité cruelle et sale nous frappe de plein fouet et nous oblige à voir la vérité en face. Une vérité que nous ignorons la plupart du temps.

Le texte de Mark Ravenhill, traduit par Rafael Spregelburd, est choquant et bouleversant. Il remue les spectateurs tout au long du spectacle tout en restant lucide, direct et extrêmement bien écrit. Des acteurs magnifiques, sincères et touchants donnent vie à la pièce. Nous recommandons un bon niveau en espagnol pour pouvoir apprécier les subtilités de la pièce, pas toujours facile à comprendre.

On en sort retourné, parfois dérangé. On cherche avidement une cigarette, un verre d’alcool, un abrazo, un réconfort quel qu’il soit pour se remettre des émotions provoquées par ces personnages et leur histoire.

Parce que le théâtre n’est pas seulement un lieu de divertissement et de consommation, mais aussi de réflexion et d’introspection. Âmes sensibles s’abstenir…

Shopping and Fucking au Théâtre El Extranjero
Valentín Gómez 3378 – Almagro

Réservations au 4862-7400

Entrée : AR$60 / AR$40
Tous les samedis, à 23h jusqu’au 18 mai 2013

 

 

12,685FansLike
10,670FollowersFollow
1,458FollowersFollow

NOS BONS PLANS DU WEEK-END

Concerts, expos, excursions... Reçois chaque semaine les meilleurs plans de Buenos Aires !