Où pratiquer le yoga à Buenos Aires?

yoga buenos aires

Le yoga est une pratique originaire de l’Inde et qui s’est développée en Occident depuis la seconde moitié du XXème siècle. Il est considéré comme une pratique et non pas un sport car il propose des exercices sur le corps, mais aussi sur la respiration et de la méditation. Ces caractéristiques lui confère un effet positif au niveau mental, favorisant notamment la sérénité et la baisse du stress.

Une séance classique inclut toujours une série de postures (appelées asanas), avec une prise de conscience du corps, et se termine par un temps de relaxation. La rapidité de l’enchaînement des postures, ainsi que la présence de travail respiratoire et/ou méditatif plus approfondi varieront selon la branche de yoga pratiquée.

- Anuncio -

Une liste exhaustive de tous les lieux de pratique du Yoga à Buenos Aires étant impossible, nous vous proposons un panorama général avec quelques exemples à titre informatif, qui peuvent déjà être un bon point de départ pour vous y retrouver.

Les fondations de Hatha Yoga traditionnel

Le Hatha Yoga est la version la plus courante, elle met l’accent sur l’activité physique de la pratique. Une option possible dans ce cas est d’aller prendre des cours dans une fondation, où l’on enseigne généralement un Hatha Yoga bien traditionnel de l’Inde. Ces institutions présentent aussi l’avantage d’avoir plusieurs succursales dans la capitale, et peuvent faire partie d’un réseau international. Voici quelques exemples:

Fondation Hastinapura

Il s’agit d’une fondation internationale et d’une maison d’édition qui propose aussi d’autres activités avec une approche dévotionnelle (cours de philosophie, méditation etc).

Fondation Indra Devi

En plus du yoga, elle propose des activités autour de la Médecine traditionnelle de l’Inde: l’Ayurveda.

Fondation Sivananda

Elle ne possède qu’une seule succursale à Buenos Aires mais fait partie d’un réseau international.

Autres variantes de Yoga

Il existe une infinité de variantes du yoga, certaines sont traditionnelles, d’autres sont des méthodes plus modernes. Le Yoga Iyengar par exemple porte le nom du professeur indien qui l’a mis au point au XXème siècle. Le Kundalini Yoga, quant à lui, travaille sur le plan énergétique, insistant plus sur la méditation tandis que le Asthanga Yoga implique un travail physique plus intense que le Hatha Yoga traditionnel. Certaines branches récentes, en Occident, mélangent souvent des techniques diverses. Elles sont parfois controversées, le monde du yoga traditionnel leur reprochant par exemple de trop suivre les tendances du moment au détriment de l’esprit du yoga. Nous vous recommandons de bien vous renseigner auparavant: mieux vaut parfois choisir une pratique plus simple pour commencer.

Centro Valletierra

Ce centre propose plusieurs types de yoga dont des cours de Kundalini.

Asthanga Buenos Aires

Voici un exemple de centre avec une offre exclusive de Asthanga.

Centro Ananda

Inclut une pratique avec des éléments plus acrobatiques.

Dans les parcs: Cours gratuits de la ville de Buenos Aires

Les samedi, dimanches et jour fériés, vous pourrez prendre des cours gratuitement dans les parcs et espaces verts de la ville. Il n’y a pas nécessaire d’inscription préalable, ni de matériel. Les matelas sont déjà  fournis.

Dans votre quartier: studios et professeurs particuliers

L’offre est immense dans la capitale argentine. Certains enseignants particuliers possèdent leur propre studio, d’autres proposent des cours à domicile. A vous de vous renseigner et de trouver l’option qui vous convient le mieux, mais sachez que l’effet d’une séance de yoga ne se mesure pas qu’au niveau physique mais aussi au niveau mental. L’esprit du yoga n’est pas celui de la gymnastique. Le corps ne doit pas souffrir et, si en sortant, vous êtes plus cool c’est bon signe!

Et pour étudier le yoga alors?

La plupart des institutions citées ci-dessus offrent des stages de formation, de modalités différentes, plus ou moins intenses. La seule formation universitaire de Yoga en Argentine est proposée par l’université El Salvador (USAL).

Foto: @monettemoio