Museo Che Guevara, sur les traces d’une légende

En plein cœur de Caballito se trouve un petit local assez pittoresque et un curieux bazar. Au milieu de tout cela, une statue à taille réelle du Che Guevara orne les lieux. Difficile de croire que nous sommes devant le premier musée du continent ouvert à l’effigie du révolutionnaire argentin. Et pourtant…

L’histoire de l’origine de ce musée remonte à 1992 quand Eladio Gonzalez, 73 ans, plus connu sous le surnom de « Toto » dans le quartier, se rend à Cuba avec sa compagne. La veille de son retour en Argentine, « Toto », apprend qu’un policier cubain s’est fait tirer dessus dans une embuscade et décide de se rendre à l’hôpital donner son sang à cet homme. Il lui laisse alors une carte avec son adresse pour que ce dernier lui donne de ses nouvelles. Cette carte paraît dès le lendemain dans le journal cubain Granma et ce geste émeu beaucoup d’habitants de l’île. « J’ai reçu plus de mille lettres, j’étais complètement débordé. Les gens voyaient en ce geste une action qu’aurait pu réaliser Che Guevara et m’ont envoyés un nombre incalculable de cadeaux en rapport avec le Che. J’ai donc décidé de créer ce musée avec tous ce que je possédais en 1996. Le premier en Amérique du Sud, bien avant celui d’Alta Gracia à Córdoba dans sa maison d’enfance ou encore celui qui se trouve en Patagonie ! », s’exclame Gonzalez.

Un musée inauguré par Alberto Granado, compagnon de route de Ernesto Guevara de la Serna lors de son voyage en moto au cœur de l’Amérique du Sud. « Nous possédons d’ailleurs une réplique de l’engin », lâche Toto, tout en montrant du doigt ses précieux sésames conservés dans une vitrine. Du morceau de terre de La Higuera, la localité bolivienne où le Che fut assassiné, jusqu’au sable de la Baie des Cochons où Fidel Castro et ses troupes ont résisté à l’invasion américaine après la révolution cubaine, en passant par de nombreuses cartes, médailles, bouquins et autres curiosités, Eladio vous accueil avec ce sourire qui le caractérise, afin de relater inlassablement l’histoire de tel ou tel objet.

« Au début, j’étais surtout amoureux du peuple cubain. Leur histoire, leur culture… Je n’étais pas politisé et d’ailleurs je ne le suis toujours pas ! Par la suite, avec tous ces événements, je me suis intéressé de plus près au Che et à son œuvre en général. En créant ce musée je voulais absolument qu’il reste quelque chose pour rendre hommage à la mémoire de Guevara. Notre vie est rien si nous ne la partageons pas avec les autres et cela faisait partie de la philosophie du Che. Il enseignait l’amour », conclut « Toto » après une bonne heure de visite et de partage.

Aujourd’hui, Eladio Gonzalez a contacté les « Mères de la Place de Mai » pour que ces dernières prennent le relai et face en sorte que le musée perdure dans le temps. Chose que ces dernières ont accepté et qu’elles réaliseront un jour, le temps d’aménager un espace dans leur local situé dans l’Ex-ESMA. Pour le moment donc, le très typique et original Museo Che Guevara ouvre toujours gratuitement ses portes à Caballito. Une bonne escale avant de se rendre au Mercado del progreso ou d’aller flâner dans le quartier anglais, à deux pas de là.

Museo Che Guevara
Rojas 129 – Caballito
Du lundi au vendredi de 9h à 19h
Renseignements : [email protected]
Entrée gratuite

Photo : Bastien Poupat

Bastien Poupat
Bastien Poupat
Journaliste freelance. Après avoir quitté la France pour partir en Argentine vivre ma passion, le football, j'ai décidé de me diversifier, outre que le sport, en intégrant l'équipe de Buenos Aires Connect.
12,686FansLike
10,677FollowersFollow
1,477FollowersFollow

NOS BONS PLANS DU WEEK-END

Concerts, expos, excursions... Reçois chaque semaine les meilleurs plans de Buenos Aires !