Monnaie courante

À Buenos Aires, les pièces sont d’une utilité précieuse pour prendre le bus, acheter des confiseries, faire l’appoint à la caisse… Vous en aurez besoin quotidiennement. Le souci, c’est que les pièces sont une denrée très rare, et qu’il faut parfois batailler dur pour s’en procurer.

Petit rappel : le peso circule en pièces et en billets. Il est disponible en billets de 2, 5, 10, 20, 50 et 100. Vous trouverez ensuite des pièces de 1 et 2 pesos (très semblables aux euros), puis de 0.50, 0.25, 0.10 et 0.05 (les centavos).

- Anuncio -

Voici un topo des situations où les pièces seront vos meilleures amies !

Dans les cafés : le pourboire étant de rigueur, les pièces permettent de laisser de petites sommes dans le cas où vous aurez juste commandé un café.

Dans le bus : il est impossible de payer avec des billets. Lorsque vous montez dans le bus, vous devez indiquer au conducteur votre destination et glisser vos pièces dans la machine située derrière lui. Les touristes se font souvent avoir car ils ne sont pas au courant du système. 
Si cela vous arrive, faites un grand sourire au chauffeur, prenez un air niais et votre pire accent : vous gagnerez peut-être un trajet.
 Sinon, demandez aux autres voyageurs de la monnaie sur un billet de 2 ou de 5 pesos. Il arrive même souvent que les gens vous donnent sans contrepartie les quelques pièces manquantes à votre trajet !

Le prix du trajet en bus varie selon la distance (et l’inflation !), mais pour vous faire une idée, un étudiant qui travaille et va à la fac prend en moyenne le bus trois fois par jour (domicile-travail / travail-fac / fac-domicile). Sachant que payer en monnaie coûte environ deux fois plus cher que de payer avec la fameuse carte de bus Sube, il est plus que recommandé de se la procurer.

Dans les kioscos : on refusera parfois de vous vendre des chewing-gum ou un paquet de cigarettes si vous n’avez pas de monnaie, ou alors on vous proposera des bonbons pour faire l’appoint.

Dans les petits commerces : au-delà des pièces, c’est même parfois les billets qui posent problème. Vous achetez pour dix pesos et n’avez qu’un billet de 100 sur vous, il est probable qu’on vous refuse purement et simplement la vente pour manque de monnaie ! Le problème étant là la rareté des billets de 20 et 50.

Quelques astuces si vous avez besoin de conserver (ou d’obtenir) des pièces :

– Dans les supermarchés tenus par des Chinois vous pouvez payez avec de gros billets, on vous rendra toujours la monnaie.

– Allez à la banque le matin. Les banques sont obligées de vous échangez des pièces contre des billets. Toutefois, vous pourrez rarement changer plus de 15-20 pesos… Si vous avez le temps (et la motivation), enchaînez plusieurs banques à la suite pour constituer votre stock. C’est long car il y a la queue et les banques ferment à 15h.

– N’hésitez pas à dire que vous n’avez pas de monnaie quand on vous en demande dans un commerce (vous pouvez faire mine de fouiller votre portefeuille, en prenant un air désolé). Soit on vous rendra la monnaie, soit on vous refusera la vente. Dans ce cas-là, tentez votre chance au prochain kiosco.

– Faites vos calculs mentaux : si vous réglez un achat à 6,50 pesos avec un billet de 10, vous récupèrerez au moins 1,50. Cette gymnastique mentale deviendra vite un réflexe, et vous apprendrez à régler vos achats en fonction de vos besoins d’espèces.

– Si vous êtes habitué à un kiosco, générez une relation de confiance : faites l’appoint quand vous le pouvez. Le jour où vous aurez besoin de monnaie, on se souviendra de vous.

– Construisez-vous une petite maison, façon “Pièces jaunes”, et videz-y vos poches quand vous rentrez chez vous. Vous n’aurez plus qu’à piocher dedans pour le pourboire du livreur d’empanadas.

Face au manque de monnaie, une bonne initiative existe dans les supermarchés. Elle consiste a arrondir au peso supérieur le montant payable par le client. La différence de centimes allant alors à une association caritative.

Si la question monétaire vous passionne, venez donc lire notre article sur l’argent en Argentine.