On se boit un mate ?

Le mate (prononcer “maté”) ne se limite pas à une boisson. Il n’est pas perçu comme une boisson. C’est un liquide, certes, qui se boit, mais c’est bien plus que ça. On ne “matear” pas par soif mais par habitude, comme lorsque l’on se brosse les dents le matin. La yerba mate (prononcer “cherba”) ne manquera jamais dans une maison argentine.

On partage le mate (qui désigne aussi bien le breuvage que le récipient). Un moment spécial de la journée durant lequel on prend son temps. Un moment pour converser. Un moment qui se partage avec soi-même aussi. En solo.

- Anuncio -

Le mate ne fait pas de différences sociales. Riches et pauvres sirotent leur dose quotidienne. Le mate permet de renouer les conflits familiaux ou amicaux. Paix et communication. Pendant que l’un boit l’autre parle, et vice versa. Avant même de savoir lire et écrire, l’enfant éveillera la fierté de ses parents en demandant son premier mate ! Au travail, toute la journée, les collègues défilent un thermos sous le bras, le mate dans la main, on passe à son voisin.

Le jour où vous saurez faire un bon mate, vous serez complètement intégré à la société argentine ! Avec un grand signe d’approbation, on applaudira votre capacité d’adaptation. Ci-dessous un petit glossaire et un guide d’utilisation :

Mate : c’est le récipient et l’infusion. Toutes les couleurs, matières et formes sont permises. Le plus traditionnel est extrait du fruit de la calebasse que l’on fait sécher.

Yerba Mate : c’est la plante dont les feuilles sont torréfiées. Elle est cultivée principalement dans la province de Misiones, au Nord-Est de l’Argentine.

Bombilla : c’est la paille en métal avec laquelle tout le monde boit un à un. D’un côté, vous aspirez le liquide. L’autre extrémité sert de passoire aux morceaux de yerba qui n’atteindront ainsi pas votre bouche.

Thermos : pour conserver l’eau à température élevée.

Bouilloire traditionnelle ou électrique : au choix, celles qui sifflent afin de vous avertir que l’eau est sur le point de bouillir ou la bouilloire électrique avec un réglage spécial mate ! Unique en son genre !

Étape 1 : mettre de l’eau à chauffer. Attention ! Elle ne doit pas bouillir. Mettez-la ensuite dans le thermos pour la garder bien au chaud.

Étape 2 : mettre la yerba dans le mate, remplir au 3/4. Recouvrir le récipient d’une main et secouer dans tous les sens afin que la poudre de la yerba s’en dégage.

Étape 3 : rajouter une cuillère à soupe d’eau minérale à température ambiante. L’eau disparaît dans le fond du récipient.

Étape 4 : introduire la bombilla dans le mate en l’inclinant légèrement vers vous.

Étape 5 : verser doucement l’eau chaude à la base de la bombilla directement sur le métal. Le mate est prêt lorsque la yerba fait des bulles et de la mousse.

Pendant le rituel, vous vous rendrez compte qu’il existe un langage “mate”. Par exemple, si on vous dit que le mate est “lavado”, cela veut dire que la yerba n’est plus bonne. Il faut alors la changer.

Certains rajouteront du sucre, du miel au-dessus ou dans le fond du récipient, du café en poudre (un pur cocktail énergisant entre la matéine et la caféine !).

Sachez que celui qui prépare le maté tient les rennes. Il le goûtera en premier, servira et passera aux autres. Le maté reviendra toujours vers lui. Si une personne vous dit “gracias” à la fin de sa dégustation, cela signifie qu’il passera son tour à la prochaine tournée. Donc évitez de dire merci à tout va si vous n’avez pas terminé de siroter ! Un hochement de la tête suffira.

L’Argentin hésitera un peu à vous proposer un mate ou vous le demandera avec un gros point d’interrogation afin de s’assurer que vous vous êtes adaptés. Souvent les étrangers n’adhérent pas à ce rituel, car le goût est fort et particulier ou parce que le partage de la même “bombilla” les gênent un peu.

Sachez qu’en été, on apprécie le mate froid, appelé “tereré” (la boisson nationale du Paraguay). On verse alors sur la yerba du jus de fruits glacé. Le meilleur remède aux étés étouffants de Buenos Aires !

* On prend un mate ?