Tetuán, hommage au Maroc en mode gastropub

C’est d’abord avec sa façade que cet endroit attire l’attention : un grand mural qui pourrait faire penser à Benaim, cet autre gastropub dédié à la cuisine juive qu’on vous avait dégotté (vous n’allez pas tarder à découvrir qu’on est en train de vous raconter une histoire de famille). Mais ce nom… « Tetuán » ? S’agit-il d’une référence à cette ville du Nord du Maroc que l’on imagine blanche et ensoleillée ?

De la cuisine marocaine à Buenos Aires ? Réalité ou mirage ?

En entrant, on découvre un petit comptoir sous un toit de fanions. Mais un coup d’œil dans le couloir nous laisse entrevoir ce qui semble être un gigantesque et magnifique hangar, au fond. ON AVANCE. Plantes vertes, hauts murs de tuiles, marches et bancs en bois disposés de façon inégale un peu partout dans la salle (presque comme s’il s’agissait d’un stade) et enfin, la cuisine avec ses braises rougeoyantes et son four à pierre. ON CONTINUE A AVANCER. Voilà l’ardoise avec le menu : poulet et viande cuits sur braises, légumes et couscous, babaganoush, briouats, chebakia… Ce n’était donc pas un mirage !

On raconte que le personnage du mural sur la façade n’est autre que monsieur Benaim, l’ancêtre de Nicolás Wolowelski et Juan Martin Migueres (créateurs de Benaim et Tetuán), qui a vécu dans cette ville marocaine. C’est donc en hommage à ce morceau d’histoire familiale que la carte de Tetuán a vu le jour, avec tous les classiques d’Afrique du Nord dûment représentés. Une carte réalisée avec l’aide d’Hugo Macchia et du chef Ignacio García Lucero.

Mais revenons à nos moutons, ou plutôt à notre délicieux poulet mariné sauce Tarator à base de noix, servi avec carottes grillées, houmous et salade verte. Sans oublier le faux-filet mariné dans cette même sauce et accompagné de choux, houmous et salade. Mention spéciale à la cuisson et aux condiments accompagnant la viande, ainsi qu’à la générosité des portions et au prix raisonnable (surtout dans ce quartier). Si pour cette fois, on a choisi l’option sandwich-pita, la prochaine, on tenterait bien la version plat accompagné de fainá croquante.

C’était un jeudi et il y avait donc un DJ occupé à mettre l’ambiance. L’endroit n’a d’ailleurs pas tardé à se remplir de couples ou de bandes d’amis. Le comptoir près de l’entrée sert des cocktails ainsi que de la bière artisanale à la pression (on a pris du vin car il faisait froid). Comme tous ces gastropubs nouvelle génération, on passe commande avant d’attendre que le numéro du bonheur apparaisse à l’écran quand c’est prêt.

C’était notre première soirée chez Tetuán mais pas la dernière. De la Fainá, du babaganoush et de la bière dans un même et seul endroit, avec de l’espace et des bons prix, ça vaut le détour ! Un plan parfait avant d’aller à un concert au Niceto.

Tetuán Brasero Marroquí
Ravignani 1780 – Palermo Hollywood
Du lundi au jeudi, de 18h à 1h, le vendredi et le samedi, de 18h à 3h
Prix : $ $

Photo : Eva

Eva Contreras
Eva Contrerashttps://www.instagram.com/discover.buenosaires/
Directora Editorial de Buenos Aires Connect. Escritora siempre. Estoy buscando algo. Fotografía + viajes + comida + música.
12,683FansLike
10,677FollowersFollow
1,476FollowersFollow

NOS BONS PLANS DU WEEK-END

Concerts, expos, excursions... Reçois chaque semaine les meilleurs plans de Buenos Aires !