La santé pour tous en Argentine

En tant qu’expatrié à l’étranger, qui ne s’est jamais pas demandé : et si je tombe malade, je fais quoi ? Je vais où ? Vous trouverez ci-dessous quelques informations utiles à la compréhension du système de santé argentin.

Ici, les urgences et les consultations en centre hospitalier sont gratuites ; cela dit, ne vous attendez pas à un service parfait ! Mais au moins, les soins accessibles à tous, avec ou sans sécurité sociale. Vous pouvez même demander à faire des examens, radiographies, etc. Tout est pris en charge ! Attention, en conséquence, cela peut vous prendre des semaines, voire des mois, pour avoir un rendez-vous. Alors restez buena onda et ne soyez pas trop exigeant, ni trop pressé. (En cas d’urgence, voici les démarches à suivre)

- Anuncio -

Lorque vous travaillez et que vous êtes sous contrat enregistré à l’AFIP, vous avez droit à la obra social (littéralement « oeuvre sociale »). Demandez bien à votre employeur si votre contrat inclut la sécurité sociale car ce n’est pas toujours le cas. Votre obra social dépendra de votre domaine professionnel. Il existe par exemple une sécu spéciale pour les journalistes, une autre pour les commerçants, etc. Comme en France finalement.

La obra social est entièrement prise en charge par votre employeur. Cependant, c’est à vous de faire les démarches pour vous y inscrire. Votre employeur doit vous fournir les papiers nécessaires à votre dossier (contrat de travail, affiliation à la sécu) et rajouter les documents que vous demandera la sécu afin de vous inscrire. Une fois votre dossier confirmé, on vous attribuera une petite carte sous plastique – genre d’équivalent de la carte Vital. Gardez-la précieusement, c’est elle que vous devrez présenter lors des consultations.

Le médecin traitant

Avoir une sécu ne vous évitera en aucun cas les longues heures d’attente. Comme en France, on vous conseille, si vous le pouvez, de choisir un médecin traitant (« doctor de cabecera ») qui suivra votre dossier et vous re-dirigera vers les spécialistes adéquats.

Consultations d’urgence

Direction la « guardia », le service se situe au sein même des centres de santé. Une fois la porte franchie dans l’un de ces établissements, un long parcours du combattant vous attend ! Faites attention de bien prendre un numéro. Oui, en Argentine on est fan des files d’attentes avec des numéros – de la boucherie à la boulangerie, en passant par le centre postal ! Ensuite, expliquez à l’accueil pourquoi vous devez voir un médecin. Payez 4 pesos (environ) et dirigez-vous là où tout le monde attend. On vous appellera par votre nom. Soyez attentif car entre la télé, les bavardages, les enfants qui hurlent et votre nom étranger qui va forcément être écorché, vous risquez de louper votre tour !

A partir de là, chronomètre en main, comptez 1h d’attente si vous êtes chanceux, sinon deux. Le médecin vous auscultera rapidement, vous pose quelques questions, vous fera une ordonnance et voilà. Si votre cas s’avère un peu plus grave – on ne vous le souhaite pas – il faudra prendre un turno (un rendez-vous) avec un spécialiste.

Si vous devez faire des analyses

Attendez-vous, là aussi, à une longue file d’attente. Une fois que vous avez récupéré les résultats (parfois au bout de deux semaines), retournez voir le médecin qui vous a fait l’ordonnance en premier lieu et remettez-les lui. Prévoyez encore 1h à 2h d’attente… Un peu galère mais finalement, c’est pareil en France, non ? Donc prenez un bouquin avec vous et faites preuve de patience. Après tout, estimez-vous heureux d’avoir accès à des soins gratuits !

En vrac

– Les turnos chez les spécialistes se prennent par téléphone et uniquement sous ordonnance pour certains.
– Pour le service d’odontologie : les horaires sont respectés et une bonne partie est prise en charge par votre sécu.
– Si vous devez faire un arrêt de travail : les congés maladie sont également pris en charge et votre employeur se doit de vous payer le temps de repos imposé par votre médecin.
– Si vous ne travaillez plus, et que vous ne retrouvez pas de travail, votre sécu reste active 3 mois après votre départ.
– Il est possible, en plus de votre sécu, d’adhérer à une seguro (une mutuelle) qui vous assurera de meilleurs services et privilèges moyennant une somme minimum par mois. Cette mutuelle vous donnera accès à certaines cliniques plus huppées et à certains avantages – par exemple : une chirurgie esthétique offerte au bout d’un an ! Et hop un bonnet de plus !
– Les personnes qui travaillent en indépendant peuvent s’enregistrer à la obra social correspondant à leur domaine d’activité. Elles s’enregistreront alors comme « monotributista ». Le fonctionnement est le même, excepté qu’elles devront payer elles-mêmes leurs droits à la sécu, sans passer par un employeur.

Liens utiles :

http://www.monotributo.com.ar/obras-sociales-para-monotributistas.php

http://www.pjn.gov.ar/sistemas/pdf/00026050.pdf