Petit guide du vin naturel à Buenos Aires

Vin naturel
Photo by Maja Petric on Unsplash

Selon des rapports du gouvernement, l’Argentine occupe le septième poste mondial quant à la consommation par tête de pipe : 22 litres de vin annuels par habitant.

Ces dernières années, un compte Instagram qui recommande des bouteilles à acheter chez l’épicier (le fameux « chino« ) est devenu très populaire : VinosDeChinos.

On a aussi vu arriver de nouvelles bodegas, jeunes et ambitieuses, on a osé boire du vin en canette et se le faire livrer. Sans oublier l’exploration des cépages moins réputés : grenache, cabernet franc, pinot gris.

C’est pas mal, mais ce n’est pas tout : la production et la consommation de vin naturel, plus proche du fruit d’origine, a enfin explosé à Buenos Aires !

Qu’est-ce que le vin naturel ?

Le vin organique est le produit de vignes cultivées sans fertilisants ni produits chimiques de synthèse, dans le respect de l’environnement et de la santé. Voilà pour la définition encyclopédique, mais dans la pratique l’obtention d’un label organique (ou bio) en Argentine coûte extrêmement cher et il faut respecter une série de critères qui ne correspondent pas forcément à la version la plus naturelle du vin. De fait, les institutions qui délivrent les certifications sont privées.

Du coup, certains préfèrent parler de vins biodynamiques, agroécologiques et naturels. Le vin est naturel quand il subit le moins d’interventions possibles, du raisin au verre. Il faut du vrai raisin sans aucun ajout avant ou après la récolte, ni produits chimiques.

La mise en bouteille, la conservation et la distribution fait l’économie des fûts et des bois pour parfumer ou modifier le vin tel qu’il est naturellement. Pas de sulfites non plus pour faire durer et voyager plus loin le vin. Ces vins ne sont ni filtrés ni clarifiés, et ils évoluent en suivant leurs propres règles.

Cela dit, il est probable qu’ils n’aient pas d’étiquette pour le certifier (certains vins naturels n’ont même pas d’étiquette). Il faut connaître le producteur ou la famille de vignerons, visiter leurs vignes (généralement pas plus grandes qu’une maison) et poser quelques questions.

De fait, une même bouteille changera plusieurs fois de goût entre le moment où elle est produite et même une fois ouverte.

Au bout du compte, l’agroécologie ne s’intéresse pas seulement à l’alimentation mais se bat pour un travail plus digne, des prix plus justes et la souveraineté sur ce que l’on boit. Un vin peut aussi être révolutionnaire (de palais).

Où en boire ?

De nouvelles boutiques et bars à vin ont récemment ouverts leurs portes à Buenos Aires. Dans la plupart d’entre eux qui sont Bebé Vino, Nilson, Doc, on peut demander la carte des vins naturels ou peu transformés.

Autre adresse conseillée : Salvaje Vinos une boutique de vins naturels online où l’on peut faire son choix par producteur, type ou pays. 

De plus, deux nouveaux points de rencontre autour du vin naturel ont récemment vu le jour.

WILD CORNER BA
C’est une épicerie et un bar à vin naturel qui a ouvert en pleine pandémie à Palermo. Sa cuisine fraîche, naturelle et de saison se marie à la perfection avec la sélection de vins : fleur de zucchini avec ricotta de bufala ou endives aux poires, gingembre, bleu et honeycomb. Ils ne se contentent pas de vous servir des vins naturels, ils sont aussi de bon conseil. Les couverts sont biodégradables, sur place ou à emporter. Et Miranda, la fondatrice, est également pâtissière : ne manquez pas son carrot cake « alternatif », qui est parmi les meilleurs de la capitale.

Ángel Justiniano Carranza 1601 – Colegiales
Du mercredi au vendredi, de 15h à 00h
Samedi et dimanche, de 12h à 00h
Prix : $$

NARANJO BAR

Concernant, Naranjo Bar, celui ci se trouve à environ six rues de Wild Corner. C’est un autre spot apprécié d’un public jeune et curieux. Il a ouvert au même moment que son cousin du coin de rue Carranza. Ils insistent sur le fait qu’ils ne veulent pas être étiquetés « bar à vins naturels », mais leur public chante les louanges de certains vins peu transformés qui sont difficiles à trouver ailleurs. Dans l’assiette, leurs plats privilégient aussi le produit : escabèche, poissons marinés, pains au levain, fruits et légumes sans produits agrochimiques.

Ángel Justiniano Carranza 1059 – Chacarita
Du mercredi au dimanche, de 17h à 23h
Prix : $$

Comunicadora, especialista en redes sociales e inquieta seguidora de la cultura local a través de los platos, los tragos, los bares clásicos y los refugios secretos.