Olaya, eldorado de cuisine nikkei

Vous rêvez d’un délicieux ceviche ou de fruits de mer finement cuisinés ? Vos papilles ne demandent qu’à être émoustillées ? Olaya et sa cuisine fusion inspirée de la gastronomie péruvienne relève brillamment le défi.

Espace chic installé au cœur de Palermo Hollywood, avec ses graffitis colorés et branchés, Olaya décline les produits de la mer avec une touche andine omniprésente. Perché sur un tabouret au comptoir, affalé sur un canapé ou posé à l’une de ses tables de bistrot, on observe les serveurs s’activer sous les imposantes hottes aspirant de hautes flammes, autour d’immenses plaques de cuisson d’inspiration japonaise.

- Anuncio -

En entrée, les convives ont le choix entre plusieurs ceviches et tiraditos (fines lamelles de poissons crus marinées) et une pléiade de fruits de mer, qu’on accompagne volontiers d’une coupe de pisco sour. On en pince particulièrement pour le tartare de saumon piquant, le duo de poulpe à l’olive façon chalaca (région côtière du Pérou) et les langoustines au beurre de rocoto (piment sud-américain).

Friand de sushis ? Tournez-vous plutôt vers les rolls à la centolla (araignée de Patagonie), aux fruits de mer, au saumon ou à la langoustine. Et si vous êtes deux, les barcos s’avèrent être une excellente option. Ces assortiments à thème mettent à l’honneur diverses affinités, que vous soyez plutôt chifero (cuisine chinoise à la sauce péruvienne), cevichero (poisson cru), nikkei (plats d’influence japonaise) ou criollo (association osée entre la cuisine argentine et péruvienne). Quoiqu’il en soit, un petit verre de vin blanc se marie à merveille avec ces séduisantes expérimentations.

Pour poursuivre la soirée dans le quartier, direction le Festival ou le Carnal, où vous pourrez déguster de bons cocktails au milieu de la faune locale.

Olaya

Humboldt 1550 – Palermo Hollywood

Tel : 4843-1751

De lundi à samedi, de midi à 15h et de 20h à 1h.

Prix : $ $ $

Photo : Facebook de Olaya

Après un fabuleux septennat comme correspondant de L'Equipe et France Football, lors duquel j'ai écumé les meilleurs spots de la "Ciudad de la furia" chère à Soda Stereo, je vis désormais Barcelone. Où évolue un petit gars en short qui n'a pas volé son titre de meilleur ambassadeur de l'Argentine.