TOP : La scène underground du tango à Buenos Aires

milongas underground Buenos Aires
Foto: Gaby Ferreyra

Loin de l’image vieillotte auquel on l’associe souvent (à tort), le tango a bien évolué depuis ces dernières années. D’ailleurs, ceux qui viennent en pèlerinage chaque année le savent bien. Non le tango n’est pas qu’une « danse de vieux » ou de spectacle. On oublie l’homme en costume et cheveux gominé, le regard nostalgique qui guide, une femme en robe fendu. Il existe des milongas où la femme guide l’homme et où l’homme guide l’homme. Où la femme porte des baskets et où l’homme est en talons ! Des milongas où le genre ne détermine rien et où l’on inverse les rôles au cours de la danse. Où le tango est une fête qui se célèbre entre amis et où la tradition est sublimée par la nouvelle génération tanguera.

Attention, il ne s’agit pas non plus de faire n’importe quoi! Traditionnelle ou underground, une milonga reste une milonga et certains codes restent intransigibles (notamment ceux qui touchent au respect). Pour plus d’information, ces codes sont abordés rapidement dans l’article Où danser le tango?. A vous faire votre propre idée par la suite!

Alors on dépoussière ses idées reçues, ses talons (ou ses plus belles baskets), direction : Hors des sentiers battus! On te propose ici un circuit d’une semaine dans les milongas underground de Buenos Aires!

 

Lundi anti-déprime

Pour bien commencer la semaine dans le quartier d’Almagro, vous pouvez partir à l’exploration des rôles dans la danse avec le Lideresas -Tango Club- (où on invite les femmes à guider et les hommes à suivre) et prolonger votre soirée dans le quartier avec la Milonga de Vinilo (au Café Vinilo) et profiter de son acoustique exceptionnelle pour y écouter l’orchestre locale à la lueur des bougies. Envie d’une ambiance plus festive, direction San Telmo pour la milonga Muy Lunes, où l’on vient se serrer dans ce petit resto bar culturel où l’ambiance est toujours au rendez-vous.

Mardi, direction l’Abasto

Rendez-vous à la Casa Colombo et ses petits drapeaux de couleur qui marquent l’entrée, et où la musique s’échappant du sous-sol ferait presque passer La Maria Tango pour à une milonga clandestine.

Le mercredi, du choix pour le tanguero en mal d’abrazos

Option sortie du travail et maté avec la Yunta Tango Club et son esprit practica dans le quartier d’Almagro ou option noctambule et bière artisanale avec la milonga La Mandrilera (où ne serais-ce que l’endroit vaut le détour) dans le quartier de San Cristóbal. Si vous êtes du côté de Palermo vous pourrez aussi vous rendre au Club Villa Malcolm pour la milonga Cheek to Cheek et finir votre nuit à la Viruta Tango Club situé à peine quelques cuadras plus loin.

Un jeudi aux faux airs de vendredi

Rendez-vous de nouveau à Almagro à la milonga El Batacazo (organisée dans une jolie maison typique à patio et petites pièces entrelacées), ambiance festive, inclusive et a la gorra ! Autre option plus alternative si les tangos d’antan ne sont pas à votre gout, avec le Bilongón et sa programmation qui met l’accent sur la nouvelles scène musicale tanguera, ambiance éclectique !

Vendredi tout est permis

Pour fêter dignement le début du week-end autours d’une bière artisanale, la Discépolo vous invite dans le quartier de Boedo jusqu’à tard dans la nuit. Si vous êtes plutôt du côté de Colegiales, allez faire un tour à Dos Orillas. On sonne à l’interphone et direction le 3 ème étage pour une milonga décontractée et sans prétention. Autre option pour les couches-tôt, la milonga Patio de Tango, réalisée à l’air libre dans la Manzana de las Luces (un îlot historique de la ville de Buenos Aires) à proximité de la Plaza de Mayo.

Samedi, tango con maté

Le samedi on préfèrera les options de jour à Almagro, avec la Practica DNI Tango (qui propose souvent un show en vivo) ou encore La Maria Rolera qui inclue le gouter dans son prix d’entrée avec en option bière artisanale pour ceux qui préfèrent chauffer les moteurs pour la soirée à venir. A la nuit tombée, certaines milongas mensuelles restent à pister !

Anti Domingo

Le dimanche n’est pas vraiment jour de repos chez les tangueros. Dès 15h, rendez-vous à la Rosa Milonga dans le quartier de Balvanera pour se réveiller en douceur puis, pour rester du côté de San Telmo et vous plonger dans un esprit plus bohème et moins technique (et un peu touristique il faut bien l’avouer), faites un détour par la feria avant d’arriver à la plaza Dorrego et sa Milonga Placita del pañuelo Blanco dominicale en plein air, dès 19h et a la gorra.  Enfin, pour une véritable soirée antidomingo, éloignez-vous un peu de l’agitation du centre et direction Barracas pour la Domilonga au centre culturel Chau Ché Clù (un ancien conventillo réamenagé con mucha onda). Tous les âges, tous les styles réunis dans un espace qui se suffit à lui-même pour justifier sa venue.

Un des plus beaux exemples de ce qu’est une milonga: un lieu festif, de partage autour d’une même passion. Et où les différences de chacun s’embrassent dans une danse effervescente et authentique.

 

Appelle moi Matou, offre moi un gâteau, une plante et un chat, et on sera ami pour la vie! Architecte à la recherche, toujours un carnet pour écrire des idées révolutionnaires, mes chaussures de tango et mon pañuelo verde accroché à la mochi. Y ahora vamos que el mundo nos espera para cambiar !