Jacarandás, l’autre fleur nationale qui envahit la ville au printemps

Jacarandá fleur printemps
Foto de María Elena López @Flickr

Au mois de novembre, elle est aussi attendue par les Porteños que par les touristes désireux de découvrir l’une des merveilles naturelles de Buenos Aires. Et oui, on parle de la floraison des jacarandás. La fleur de cet arbre est quasiment notre fleur nationale, seulement devancée par la fleur du Ceibo. Cela dit, le jacarandá reste la fleur de Buenos Aires, celle qui, une fois l’an (au printemps) teint la ville de violet.

Qui est le responsable de l’expansion des jacarandás ?

La réponse demande un voyage cent vingt ans en arrière sur les traces de Carlos Thays (qui a donné son nom à une place de Palermo). Ce paysagiste français a transformé la ville pour lui donner sa physionomie actuelle. Sans lui, on vivrait dans un Buenos Aires complètement différent. Et notamment sans les onze mille jacarandás qui ornent les trottoirs de la ville.

Pourquoi avoir choisi cette variété d’arbres ?

L’arrière-petit-fils de Carlos Thays, lui aussi paysagiste et prénommé Carlos, répond : « Pour sa relation amicale avec l’environnement urbain ». De fait, les jacarandás ont un feuillage généreux, mais leurs branches restent presque dénudées jusqu’à ce qu’elles arborent leur vive couleur violette. Plus tard, un deuxième miracle se produit : en tombant, les fleurs tapissent les trottoirs et les rues de couleur.

Quels sont les meilleurs endroits pour apprécier le charme des jacarandás ?

Quatre ou cinq quartiers sont tout particulièrement indiqués ! Tout d’abord, le Centre, agglomération des quartiers de Monserrat, San Nicolás et Retiro. Les avenues Roque Saenz Peña et Julio Argentino Roca qui partent de la place de Mai sont bordées par ces arbres emblématiques. Même chose le long de l’énorme et mythique avenue 9 de Julio. Un parcours qui fait la part belle à bon nombre de points d’intérêt : la Casa Rosada, le majestueux Teatro Colón, l’Obélisque, la statue de Don Quichotte ou le monument aux chutes d’eau. En arrivant à Retiro, vous pouvez visiter la tranquille place San Martín ou profiter des merveilles de l’architecture française, en jetant un œil sur le Palais Estrugamou par exemple.

Ensuite, il y a les quartiers de Recoleta et Palermo. Rendez-vous sur les avenues Del Libertador et Figueroa Alcorta jusqu’à l’avenue du Président Sarmiento. Voilà l’une des promenades les plus belles de la ville, sur deux de ses avenues les plus emblématiques et avec force jacarandás. Mention spéciale aux nombreuses places et espaces verts (Place France, Jardin Botanique, Rosedal, entre autres) et aux musées (Musée des Beaux-Arts, Malba et Musée des Arts Décoratifs). Vous pouvez commencer le parcours sur l’avenue de votre choix au niveau du Cimetière de la Recoleta ou de la Faculté de Droit.

Enfin, comment ne pas évoquer Belgrano ? Les jacarandás peuplent les trottoirs de ses deux artères principales : Cabildo et Luis María Campos. Encore une ballade qui vaut le détour. Cabildo est une avenue à dominante commerciale et en arrivant à Juramento, vous trouverez la Place Manuel Belgrano et le Musée Larreta (qui héberge le restaurant Croque Madame, intéressant si vous cherchez un endroit pour déjeuner). A l’inverse, Luis María Campos est une avenue beaucoup plus tranquille qui vous emmène jusqu’aux Barrancas de Belgrano. Là, vous découvrirez La Glorieta, un endroit où les gens se réunissent l’après-midi pour danser le tango. Si vous marchez un peu plus, vous tomberez sur le Barrio Chino, un bon spot pour faire des achats originaux et manger sur le pouce.

Souvenez-vous que le temps vous est compté !

Les jacarandás et leurs hallucinantes couleurs ne sont à l’œuvre qu’une fois par an. Une période bénie où la météo est clémente. Le moment idéal pour marcher, prendre le soleil, vivre à l’air libre, pendant que les jacarandás construisent un ciel de fleurs violettes pour vous. Profitez-en !

Cela pourrait aussi t’intéresser :

Soy escritor y traductor. Me encanta leer, viajar, ir al cine y visitar museos. Saco fotos como hobby y tengo un espíritu curioso.