Home S'ÉVADER Nos circuits

CIRCUIT MARADONA : 10 endroits pour se souvenir du 10

maradona buenos aires
Photo : Facebook La Casa de D10S

Le 25 novembre, peu après 13h20, les journalistes argentins ont appris en direct à la télévision une nouvelle qui allait marquer à jamais l’histoire des idoles populaires argentines : Diego Maradona était mort.

Les larmes aux yeux, les présentateurs ont informé les téléspectateurs locaux et le monde entier que la star mondiale du football était entrée dans l’immortalité, 20 jours après avoir été opérée d’un hématome sous-dural à la tête.

El Diego, comme on l’appelait affectueusement, est probablement l’une des figures les plus controversées de l’histoire Argentine. L’opinion publique est divisée entre ceux qui comprennent et apprécient le footballeur qui, en 1986, a su ramener au pays la Coupe du monde tant attendue – faisant oublier un instant les temps de guerre et de dictature laissés derrière lui – et ceux qui jugent son comportement dans sa vie privée.

Quoi qu’il en soit, le départ de Diego n’a laissé personne indifférent. Encore moins ceux qui soutiennent que derrière ce joueur hors pair, il y avait un homme né dans un bidonville qui a placé l’Argentine et tout un secteur historiquement négligé au sommet : El Diego les représentait.

C’est pourquoi, en hommage à ce personnage transcendantal, nous avons décidé de dresser une liste des lieux de Buenos Aires qui ont été essentiels dans la vie de Diego Maradona et que tout fan du barrilete cósmico doit connaître.

1. La Bombonera (Boca)

Le stade Alberto J Armando, plus connu sous le nom de « La Bombonera ». Situé dans le quartier de La Boca à Buenos Aires, c’est le stade du Club Atlético Boca Juniors, l’une des plus grandes équipes de football d’Argentine et où Maradona a joué, à deux reprises, pendant cinq ans. C’est aussi l’endroit où il a prononcé sa phrase emblématique « la pelota no se mancha » (le ballon reste toujours propre), lors de son match d’adieu au football en 2001.

2. Stade Diego Armando Maradona – Paternal

Le stade qui porte son nom depuis 2004 est aussi le stade de l’équipe où il est né au football : Argentinos Juniors. Diego avait 15 ans lorsqu’il a fait ses débuts professionnels en première division de l’équipe de La Paternal. Il y jouera pendant cinq ans, jusqu’à son départ pour Boca Juniors. Vous connaissez la suite.

Quelques semaines après sa mort, le club n’a mis que 24 heures pour ouvrir un sanctuaire à Diego. Le sanctuaire contient toutes les offrandes que les fans ont apportées sur le trottoir du club ce 25 novembre, ainsi qu’une peinture murale de l’artiste Maxi Bagnasco qui représente un autel.

3. La maison de D10S – Paternal

Cette maison, aujourd’hui transformée en musée, est située à La Paternal (Lascano 2257) et fut la première maison de Diego à Buenos Aires. C’est la maison où il a vécu jusque dans les années 80, avant de déménager à Villa Devoto. Il avait signé son premier contrat professionnel avec Argentinos Juniors et le club voulait qu’il habite le près possible du stade. Vous pouvez le visiter en réservant à l’avance ici.

4. Segurola et Habana – Villa Devoto

C’est dans un immeuble situé à l’intersection de ces rues que Diego vivait avec sa femme et ses deux filles : Dalma et Gianinna. Mais la légende de ce bâtiment naît en 1995 avec la phrase prononcée par Diego à la télévision : « Toresani, à Segurola et Habana 4310 septième étage, on va voir s’il dure plus de trente secondes ».

Lors de son retour au football argentin, Maradona a eu une confrontation publique avec le joueur Toresani, de l’équipe Colon de Santa Fé. Dans ce contexte, Diego l’invitera à un duel public chez lui, transformant ce coin de Devoto en un site emblématique pour les Maradoniens. Les supporters ont modifié le nom des panneaux indicateurs : aujourd’hui, les rues de ce carrefour s’appellent Diego et Maradona, en lieu et place du numéro de rue on trouve le signe de l’infini, et la commune porte le numéro 10.

5. Pizzeria La Rumba – Nueva Pompeya

À plusieurs reprises, Pelusa en a ému plus d’un en racontant l’anecdote de ce qu’il a fait lorsqu’il a reçu son premier salaire, dans les années 70, alors qu’il n’était encore qu’un adolescent faisant ses premiers pas avec le ballon : « Mon rêve, c’était d’emmener ma mère au restaurant, juste tous les deux, comme des amoureux. Il y avait une pizzeria sur l’Avenida Sáenz qui sentait bon quand je passais devant en bus. Quand j’ai reçu mon chèque, j’ai dépensé tout mon salaire pour payer le dîner. J’étais comme Bill Gates et ma mère, c’était la reine Sofia« .

Cette pizzeria est La Rumba, un restaurant légendaire situé dans le quartier sud de Pompeya, qui peut se vanter aujourd’hui que Diego a dépensé son premier salaire sur son menu.

6. Basilique du Saint-Sacrement – Retiro

Cette église, située à Retiro, a été choisie par Diego et son ex-femme Claudia Villafañe, pour célébrer leur mariage.  C’est l’un des temples religieux les plus luxueux de la ville de Buenos Aires et c’est, depuis des années, le lieu choisi par la haute société de Buenos Aires pour se marier.

7. Stade Luna Park

Cette salle où se sont produites des personnalités de la musique, de la politique et du sport telles que Frank Sinatra, Liza Minelli, Carlos Monzón et même le pape Jean-Paul II, a été transformée en une luxueuse salle de fête pour accueillir 1200 personnes lors de la célébration du mariage de Diego et Claudia.

8. Café de Garcia – Villa Devoto

Ce café se vante d’être situé dans le même quartier où le clan Maradona a choisi de vivre et où lui se rendait régulièrement. À l’intérieur du bar, vous pouvez encore trouver des t-shirts que Diego lui-même a signés pour les employés et ses chaussures de football. Que vous admiriez ou non Maradona, cet endroit est un must pour les amateurs de la culture du café porteño. Situé dans le quartier de Villa Devoto, c’est un café notable qui date de 1927. L’un des plus anciens de Buenos Aires.

9. Stade Malvinas Argentinas – Paternal

Ce centre sportif, fréquemment utilisé pour des événements musicaux, appartient à l’Asociación Atlética Argentinos Juniors. C’est l’endroit où il s’est entraîné avec « Los cebollitas » (l’équipe junior des « bichos »), c’est-à-dire là où la magie a opéré : c’est dans cet endroit qu’en 1970, Francis Cornejo (l’entraîneur de l’équipe junior d’Argentinos) a découvert la frappe du gauche d’un enfant de 10 ans qui, des années plus tard, allait entrer dans l’histoire.

10. Stade José Amalfitani – Liniers

Le stade du Club Atlético Vélez Sarsfield est l’un des stades où Maradona a fait ses marques. En plus d’être le terrain où il a joué son premier match officiel avec l’équipe nationale argentine, c’est aussi la scène de certains des grandes et mémorables séquences de dribble de Diego. L’une des anecdotes les plus frappantes remonte peut-être à l’époque où l’équipe nationale devait affronter l’Allemagne lors d’un match amical en 1987. Naples, l’équipe du joueur à l’époque, ne l’a pas autorisé à voyager. Néanmoins, fidèle à son caractère et à son style, Diego a pris l’avion et a aidé Burruchaga à mettre le seul but cet après-midi-là. Épique.

Ça peut aussi vous intéresser :

Quitter la version mobile