[PASSÉ] Brassaï, « Les yeux de Paris » au Museo de Bellas Artes

EXPOSITION TERMINÉE

La môme bijou attablée dans un café, Picasso dans son atelier, Paris la nuit… les photographies de Brassaï ont cette magie singulière qui nous les rend immédiatement reconnaissable. Dans le cadre de la biennale de photographie Festival de la Luz, et grâce au mécénat de l’Ambassade de France, le Museo de Bellas Artes accueille la première rétrospective consacrée au photographe hongrois en Argentine.

Mû par la recherche d’un médium adapté à une pensée moderne, Brassaï aura exercé tous les métiers avant de se lancer dans la photographie à la fin des années 20. Les 126 photographies de l’exposition, choisies avec soin par Agnès de Gouvion Saint-Cyr, spécialiste de la question, couvrent une période relativement courte de sa carrière artistique. Cela suffit néanmoins pour en saisir les multiples facettes.

Le photographe manifeste un intérêt prononcé pour les éléments du quotidien qui nous entourent et que l’on ne regarde jamais, à l’instar des pissotières qu’il recensait avec bonheur. De même, il se plaît à « monter la beauté dans le sinistre », selon le mot de MacOrlan. Prostituées, souteneurs, mauvais garçons et travestis sont autant de figures marginales qu’il met en scène dans des compositions soignées. Les amants du Baiser sont ainsi pris dans un saisissant jeu de miroir…

Ses recherches l’orientent un temps vers le surréalisme, dont il partage le goût pour l’insolite et la poésie du quotidien. Sa collaboration avec Picasso est une autre influence majeure, les sculptures du créateur espagnol trouvant une expression adéquate dans ses photographies novatrices.

L’exposition se poursuit à l’étage avec une salle consacrée aux graffiti dont Brassaï recensait les altérations du temps, année après année. On retrouve ici un intérêt marqué pour un art séculaire et délaissé, que la photographie viendrait sauver de l’oubli.

Un film des plus cocasses vient couronner le parcours. Primé à Cannes en 1956, Tant qu’il y aura des bêtes, superposition de séquences filmées d’animaux du zoo, résume son goût pour l’émerveillement et l’expérimentation visuelle. Comme souvent chez les sujets de Brassaï, il ne leur manque que la parole.

Brassaï au Museo de Bellas Artes

Libertador 1473 – Recoleta

Du 4 août au 26 septembre

Du mardi au vendredi, de 12h30 à 20h30, samedi et dimanche de 9h30 à 20h30

Entrée gratuite

 

 

12,685FansLike
10,668FollowersFollow
1,458FollowersFollow

NOS BONS PLANS DU WEEK-END

Concerts, expos, excursions... Reçois chaque semaine les meilleurs plans de Buenos Aires !