Le 29 du mois, les ñoquis sont rois

Photo: La Locanda (Recoleta)

Argentine, Uruguay, Italie. VIIème siècle, guerre d’Europe, XIXème… comme pour le tango, on se dispute les sources de la tradition des ñoquis qu’on mange le 29 de chaque mois. On raconte même plusieurs légendes à ce sujet. Plat économique lorsqu’on n’arrive pas à joindre les deux bouts en fin de mois ? Coutume rappelant les origines majoritairement italiennes des Argentins ? On ne sait plus. Mais le 29 du mois, c’est jour de fête dans les foyers argentins du monde entier, et dans la plupart des restaurants du pays.

Les fabricas de pastas démultiplient leur fabrication de ñoquis les 28 et 29, réduisant drastiquement les autres modèles de pâtes. Certains restaurants ne proposent que cela au menu ce jour-là. Tous innovent sans cesse des recettes de pâte et de sauces. Potiron, épinards, basilique, tomate, viande… il y en a pour tous les goûts et les associations de sauces fromage, roquefort, filete, chèvre, boeuf, poulet, en deviennent presque infinies. A vouloir que cela soit le 29 tous les jours !

On achète beaucoup de pâtes fraîches à Buenos Aires, mais de nombreuses familles les font maison. C’est tout un rituel de préparation, et au moment de manger, on glisse un billet sous l’assiette de chacun, en signe d’espoir et de prospérité pour le mois suivant. L’argent devra être dépensé avant le prochain 29. Tout un programme !

Les salles de restaurants italiens ou de spécialités de pâtes sont souvent combles ce jour-là ! Il y a quantité d’excellentes adresses, parmi lesquelles Spiagge Di Napoli, qui nous plonge dans un univers napolitain désuet et charmant. Arrivez tôt à Il Ballo del Mattone si vous voulez des ñoquis, extraordinaire lieux artistique où le patron souriant vous conseillera ses meilleurs cocktails. Encore plus simple : explorez notre TOP de restaurants où manger des pâtes artisanales à Buenos Aires.